Archives par Auteur

la cuisine japonaise

16 sept fond

Avec toutes les délicieuses recettes dont recèle notre site, je vous propose de vous initier complètement à la cuisine nippone, en découvrant chaque appellation et chaque type de plat!

C’est partie pour la diversité culinaire!

Les Sushi : 寿司 ou 鮨

Ce sont des bouchées (servies par paires ou en assortiment de 6-10), faites de tranches de poisson ou de fruits de mer, très frais et crus, disposées sur un canapé de riz légèrement vinaigré et légèrement sucré au mirin (味醂), auquel elles adhèrent par une petite portion de moutarde wasabi (山葵). On les trempe dans le shōyu (しょゆ).

Il existe trois grandes sortes de sushi :

  • Nigirizushi : 握り寿司 (poisson sur canapé de riz).
  • Makizushi : 巻寿司 (garniture enroulée dans une feuille de nori : 海苔).
  • Temakizushi : 手巻寿司 (identique au maki mais en forme de cône).

On peut préparer les sushi avec les ingrédients très différents comme les poissons, les crustacés, les poulpes, les seiches, les oursins, oeuf de poissons mais aussi des légumes et agrumes comme le concombre, l’avocat, les radis.

Voici des images successives montrant : des nigiri zushi, des maki zushi et des temaki zushi.

Les Sashimi : 刺

Sashimi (刺身) est un mot japonais qui signifie littéralement "corps taillé" et désignant un plat traditionnel de la gastronomie japonaise, dès le XVeme siècle.
Il relève du grand art culinaire, par une présentation artistique et esthétique savante de morceaux de poisson cru, de la taille d’une bouchée, qui régale autant la vue que le goût. Pourtant, ce plat est composé simplement de tranches de poisson cru ou coquillages crus (ou macérées dans du sel pour les poissons à peau bleue), mollusques ou crustacés (passées rapidement à l’eau bouillante) et parfois de filets de viande ou de poulet. Ces préparations demandent un sens de la découpe très précis, et c’est tout un art que maîtrise les chefs japonais. Les tranches se doivent d’être très fine. Les chefs doivent sélectionner les produits de la meilleure qualité et fraîcheur possible. Cet art est complexe et demande un apprentissage.

Les fruits de mer les plus courants pour cuisiner des sashimi, sont le thon ( blanc ou rouge) , le saumon, la dorade, la coquille Saint-Jacques, la gambas, le poulpe, la pieuvre, la langouste, et le fameux fugu (河豚 : le poisson vénéneux).
Les sashimis se mangent avec des baguettes. Généralement, on mélange un peu de sauce de soja avec de la moutarde wasabi (山葵) dans une petite coupelle pour y tremper les sashimi.
On peut également les servir avec une soupe de poissons et des crudités : émincé de gingembre, émincé de céleri, carotte rapée, rondelle de concombre, bouquet de persil.
Les sashimis sont accompagnés de thé vert, de sake (酒) frais ou tiède ou de bière japonaise.

Les Gohanmono : ご飯物

Les gohanmono (ご飯物) représentent tout ce qui se rapporte au riz. Dans un repas formel, il est de qualité, cuit avec soin et servi blanc. Il existe des cuiseurs simple d’emploi uniquement dédiés à la cuisson du riz. En japonais, gohan (御飯 ou ご飯) et sa version plus décontractée meshi (飯) signifient à la fois "repas" et "riz cuit", kome (米) étant le riz cru. Ce même riz peut être aussi mélangé à d’autres ingrédients. En voici quelques examples :

  • Genmaigohan (玄米御ご飯) : riz blanc cuit avec du riz brun.
  • Okowa (おこわ) : riz blanc gluant, légèrement surcuit.
  • Mugigohan (麦ご飯) : riz blanc cuit avec de l’orge.
  • Tamagokakegohan (卵かけご飯) : riz avec un oeuf cru battu assaisonné de sauce soja.
  • Ōchazuke (お茶漬け) : thé vert versé ou du dashi (出し) sur du riz cuit seul ou acompagné (umeboshi 梅干, furikake 振り掛け …).
  • Onigiri (お握り) : boule de riz ou légèrement triangulaire farcie (umeboshi le plus souvent) entourée d’une feuille de nori (海苔).
  • Takikomigohan (炊き込みご飯) : riz cuisiné avec des ingrédients variés (pousse de bambou, pois vert, champignons, chataîgnes…) aromatisé à la sauce soja, et au dashi.
  • Kamameshi (釜飯) : riz nappé de viande (poulet ou poisson) et légume cuit au four dans un bol individuel.
  • Sekihan (赤飯) : dit "rouge", riz long mochi (餅) cuit avec des haricots rouges azuki (小豆) jusqu’à une consistance gluante.
  • Gomokumeshi (五目飯) ou kayakumeshi (加薬飯) : riz bouilli au dashi avec légumes (carrotte, champignon, tofu) et viande emincés, assaisonné avec de la sauce soja, sake et sucre.
  • Mochi (餅) : gâteau au riz gluant du même nom, traditionellement blanc.

Voici des plats à base de riz d’origine étrangère ou d’inspiration étrangère.

  • Yakimeshi (焼き飯) : le riz cantonais chinois, yaki pour sauté.
  • Karēraisu (ハヤシライス) : riz au curry à l’anglaise, garni de bœuf, poulet, crevettes.
  • Omuraisu (オムライス) : omelette mélangée à du riz sauté, accompagné d’une sauce à la tomate, apparement de Tōkyō.
  • Hayashiraisu (ハヤシライス) : recette populaire constituée de riz, boeuf, ognions et champignons de Paris. La sauce contient souvent du vin rouge et de la sauce tomate.

Le furikake (振り掛け) n’est pas un riz mais un ingrédient que l’on rajoute sur le riz. Il s’agit de nourriture déshydratée composée de poisson, graine de sésame, algue hachée, sucre, sel et même des céréales soufflées.

Voici quelques images qui représentent les plats suivants : chahan, hayashiraisu, kamameshi, kareraisu, mochi, ochazuke, omuraisu, onigiri, sekihan, takikomigohan et tamagokakegohan.

Les Donburimono : 丼物

Les donburimono sont constitués aussi de riz pourraient être classés dans la catégorie des gohanmono. La différence de cette catégorie est le contenant : il est plus grand que le bol à riz classique et son nom est donburi. De plus, un Donburimono fait l’office d’un seul plat : c’est un grand bol de riz avec, sur le dessus, différents aliments (porc pané, bœuf avec des œufs et des oignons … ).

  • Katsudon (カツ丼) : riz vapeur et porc pané.
  • Tekkadon (鉄火丼) : riz vapeur et sashimi de thon.
  • Oyakodon (親子丼) : riz vapeur vinaigré, poulet et oeuf (parfois saumon ou oeuf de saumon).
  • Gyūdon (牛丼) : riz vapeur, boeuf émincé et oignons.
  • Tendon (天丼) : riz vapeur et beignet de légume et crevette en beignets (tenpura).
  • Unadon (鰻丼) : riz vapeur avec légumes et anguille grillée.
  • Unajū (うな重) : filets d’anguille braisés au feu de bois en kabayaki et relevés de graines de sanshō sur du riz.
  • Yukke (̎ッケ) : Plat d’origine coréene. Mélange d’herbe et de viande cru avec un oeuf cru dessus.

Voici quelques images qui représentent les plats suivants : unajū, unadon, tendon, tekadon, oyakodon, katsudon et gyūdon.

Les Shirumono : 汁物

Les shirumono (汁物) sont les soupes. Les suimono (吸物), aussi dans cette catégorie, sont des soupes claires à base de dashi, avec trois ingrédients, sont servies dans les repas plus fins.

  • Misoshiru (味噌汁) : soupe faite de miso disollue dans du dashi, contenant usuellement des légumes solides, des algues et du tofu.
  • Tonjiru (豚汁) : similaire à la misoshiru mais avec du porc.
  • Dangojiru (団子汁) : soupe faite de boulette avec des algues, du tofu, des racines de lothus (renkon) et d’autres légumes et racines.
  • Imoni (芋に) : ragoût à base de pomme de terre taro populaire dans le nord du Japon durant l’automne.
  • Sumashijiru (澄し汁) : soupe claire faite avec du dashi et des produits de la mer.
  • Zoni (ぞに) : soupe contenant un gâteau mochi, des légumes et parfois du poulet.

Voici quelques images qui représentent les soupes suivantes : misoshiru, la même instantanée, tonjiru et zoni.

Les Tsukemono : 漬物

Les tsukemono (漬物), aussi appelés oshinko (お新香), sont les marinades, et généralement plus salées que sucrées. Si autrefois ils étaient une façon essentielle de conserver les légumes et donc d’en manger en hiver, ils sont aujourd’hui ancrés dans le goût japonais. Les tsukemono sont des agrumes ou des légumes masérés dans de la saumure. On peut ajouter de la sauce soja, du miso du vinaigre de riz dans la saumure. Les ingrédients utilisés le plus souvent sont : le daikon (大根 : radis blanc), ume (梅 : abricot japonais), le navet, le chou chinois (hakusai : 白菜) et le concombre.

  • Beni shōga (紅生姜) : lamelles de gingembre macérées colorées rouge avec de la menthe rouge.
  • Bētarazuke (べったち漬け) : daikon macéré avec du sucre, sel, et sake. Texture croquante.
  • Fukujinzuke (福神漬け) : traditionellement fait à partir de 7 légumes différents hachés (dont daikon, renkon …), la saumure est à base de sauce de soja. accompagné de curry, texture croquante.
  • Nakazuke (糠漬け) : variété fermenté dans le son du riz naka (糠) fait à partir de la plupart des légumes.
  • Takuan (沢庵漬) : fait à partir de daikon macéré dans un mélange de sel et de son de riz et même du sucre.
  • Umeboshi (梅干し) : fait à partir de l’abricot japonais ume macéré dans du sel. Son goût est assez aigre.
  • Gari (がり) : gingembre macéré dans une solution de vinaigre et de sucre, accompagnant les sushi.

Il existe d’autres tsukemono dont voici les noms : matsumaezuke, narazuke, senmaizuke, shibazuke, wasabizuke ou encore rakkyozuke. Voici quelques images qui représentent des tsukemono : betarazuke, gari, takuan et umeboshi.

Les Yakiniku : 焼肉

Il ne faut pas confondre Yakiniku (焼肉) avec Yakimono (焼物) qui désigne la poterie. Les Yakiniku est un terme global pour désigner les grillades. La viande de boeuf et de porc sont utilisés ainsi que les produits de la mer bien sûr, coupés en petit morceau ou tranches. Elles sont à l’image des grillades très populaires en Corée. L’anguille grillée est fameuse, et chère.

  • Teriyaki (照り焼き) : viande marinée dans de la sauce soja sucrée et grillée (laquée).
  • Yakitori (焼き鳥) : brochettes de poulet alternées de légumes, marinées dans un bouillon spécial et grillées ou rôties.
  • Shioyaki (塩焼き) : poisson grillé au sel.
  • Shōgayaki (しょが焼き) : tranches de porc (voire boeuf) marinées dans une sauce à base de gingembre et de sauce soja et grillées.
  • Teppanyaki (鉄板焼き) : Viande cuite sur une pierre chauffante (barbecue coréen).
  • Okonomiyaki (お好み焼き) : crêpes à base de blé, garnies de toutes sortes (d’où son nom) de viandes, fruits de mer et légumes originaires, même kimchi (piments et de légumes fermentés) ou fromage, du Kantō, et d’Hiroshima cuites sur plaque, souvent devant ou par les clients.
  • Takoyaki (たこ焼き) : Spécialité d’Ōsaka, se présentant sous forme de boulettes de pâte à crêpe contenant des petits morceaux de poulpe, et cuites en moule, comme les gaufres.
  • Kabayaki (蒲焼き) : Anguille marinée dans de la sauce soja et grillée.
  • Tukimidango (月見 団子) : Boules de pain de viande (poulet ou poisson) préparées avec un oeuf, sur un bâtonnet et grillées.

Ma liste n’est pas exhaustive. Voici quelques images qui représentent des yakiniku : kabayaki, okonomiyaki, shioyaki, shōgayaki, takoyaki, teriyaki, yakitori et tukimidango.

Highslide JS

Highslide JS

Anguille marinée dans de la sauce soja et grillée, Kabayaki : 蒲焼き.

Highslide JS

Crêpes à base de blé, garnies de toutes sortes de viandes, fruits de mer et légumes, Okonomiyaki : お好み焼き.

Highslide JS

Poisson grillé au sel, Shioyaki : 塩焼き.

Highslide JS

Tranches de viande marinées dans une sauce à base de gingembre et de sauce soja et grillées, Shōgayaki : しょが焼き.

Highslide JS

Spécialité d’Ōsaka, se présentant sous forme de boulettes de pâte à crêpe contenant des petits morceaux de poulpe, et cuites en moule, Takoyaki : たこ焼き.

Highslide JS

Viande marinée dans de la sauce soja sucrée et grillée, Teriyaki : 照り焼き.

Highslide JS

Brochettes de poulet alternées de légumes, marinées dans un bouillon spécial et grillées, Yakitori : 焼き鳥.
Highslide JS

Boule de pain de viande (poulet ou poisson) préparé avec un oeuf et grillées, Tukimidango : 月見 団子.

Les Agemono : 揚げ物

Les agemono (揚げ物) sont les fritures. Le tenpura est sans doute le plus fameux et le plus représentatif de ces plats. Les choses frites à l’occidentale, n’ont évidemment pas leur place dans un kaiseki (懐石料理 : cuisine traditionnelle), mais sont bienvenues en famille.

  • Tonkatsu (豚カツ) : friture de tranche de porc pané et nappé d’une sauce spéciale.
  • Tenpura (天麩羅) : beignets de légumes, tranches de poisson, huîtres, crevettes ou viande de porc mangés dans une sauce à base de radis râpé, jus de citron (ou vinaigre de riz) et sauce soja. La pâte à frire est légère.
  • Kushiage (串揚げ) : brochettes japonaises panées et fries avec légumes, poissons et viandes.
  • Korokke (コロッケ) : purée de pomme de terre ou sauce blanche mélangés avec des légumes, de la viande ou du poisson émincés, panés et fris. Populaire et quotidien.
  • Karāge (空揚げ) : morceaux de poulet (parfois poisson) farinés et fris, de la taille d’une bouchée.

Voici quelques images qui représentent des agemono : tonkatsu, tenpura, kushiage, korokke et karāge.

Highslide JS

Friture de tranche de porc pané et nappé d’une sauce spéciale, Tonkatsu : 豚カツ.

Highslide JS

Beignets de légumes, tranches de poisson, huîtres, crevettes ou viande de porc mangés dans une sauce spéciale, Tenpura : 天麩羅.

Highslide JS

Brochettes japonaises panées et fries avec légumes, poissons et viandes, Kushiage : 串揚げ.

Highslide JS

Purée de pomme de terre ou sauce blanche mélangés avec des légumes, de la viande ou du poisson émincés, panés et fris, Korokke : コロッケ.

Highslide JS

Morceaux de poulet farinés et fris, de la taille d’une bouchée, Karāge : 空揚げ.

Les Nabemono : 鍋物

Le nabe (鍋) est un chaudron, habituellement en céramique, voire en fonte, dans lequel on cuit dans un liquide de la viande, des poissons ou des légumes. Le liquide est généralement du dashi, mais il est assaisonné à la sauce soya ou au miso, dans un esprit coréen. Chacun se sert dans le pot qui est situé au milieu de la table, c’est un plat convivial. Nabemono est un Terme générique pour tout ce qui est cuit à l’eau en marmite. C’est évidemment particulièrement populaire en hiver.

  • Sukiyaki (すき焼き) : plat national, c’est la fondue japonaise de luxe, avec un assortiment de viandes, poissons, légumes et champignons, cuits dans une sauce au soja, sake, dashi et sucre. Les ingrédients sont ensuite trempés dans son bol rempli d’un oeuf cru battu et dégustés.
  • Shabu-shabu (しゃぶしゃぶ) : Fines tranches de viandes, légumes, tofu et champignons que l’on fait blanchir soi-même dans un grand caquelon et ensuite assaisonnés dasn une sauce à base de soja ou de sésame. D’origine chinoise.
  • Oden (おでん) : légumes (surtout tubercules), quenelles de poisson, surimi, oeufs cuits, mijoté dans un bouillon dashi. Sorte de pot-au-feu japonais relevé de karashi, moutarde japonaise jaune (辛子).
  • Motsunabe (臓鍋) : abbâts de boeuf, chou chinois et d’autres légumes cuisiné dans une base de soupe légère.
  • Techiri (てちり) : pot-au-feu avec légumes et poisson fugu, spécialité d’Ōsaka.

Voici quelques images qui représentent des nabemono : sukiyaki, shabu-shabu, oden, et motsunabe.

Highslide JS

Plat national, c’est la fondue japonaise de luxe, avec un assortiment de viandes, poissons, légumes et champignons, cuits dans une sauce spéciale, Sukiyaki : すき焼き.

Highslide JS

Fines tranches de viandes, légumes, tofu et champignons que l’on fait blanchir soi-même dans un grand caquelon, Shabu-shabu : しゃぶしゃぶ.

Highslide JS

Légumes, quenelles de poisson, surimi, oeufs cuits, mijoté dans un bouillon dashi, relevé de karashi, moutarde japonaise jaune, Oden : おでん.

Highslide JS

Abbâts de boeuf, chou chinois et d’autres légumes cuisiné dans une base de soupe légère, Motsunabe : 臓鍋.

Les Nimono : 煮物

Les nimono sont les plats mijotés, mais le temps de cuisson est beaucoup plus court qu’en Occident. On fait mijoter dans le dashi des pains de poisson, des oeufs cuits durs, des légumes et même du konnyaku, cette gélée sans saveur que le corps ne peut pas assimiler, mais qui le remplit. Cependant n’importe quel légume d’accompagnement qui cuit un certain temps dans les assaisonnenents habituels (dashi, shoyu …) est un nimono. Ces plats sont très proches des nabemono mais ne sont pas cuit dans un nabe.

  • Kakuni (角煮) : tranches de poitrine de porc mijoté dans un mélange de sauce soja, mirin et sake avec de large morceaux de daikon et oeuf dur entier. Une variation d’Okinawa, utilisant de l’awamori, sauce soja, miso, s’appelle rafuti.
  • Nikujaga (肉ジャガ) : mijoté de boeuf et de pommes de terre, assaisonné d’une sauce soja douce.
  • Nizakana (熾魚) : poisson poché dans une sauce soja douce.
  • Gameni (がめに) : poulet, carottes, daikon et pommes de terre mijoté dans de la sauce soja et du mirin.
  • Soki (そき) : plat de viande de porc mijoté avec l’os, spécialité d’Okinawa.

Voici quelques images qui représentent des nimono : Kakuni, nikujaga, gameni, et soki.

Highslide JS

Tranches de poitrine de porc mijoté dans un mélange de sauce soja, mirin et sake avec de large morceaux de daikon et oeuf dur entier, Kakuni : 角煮.

Highslide JS

Mijoté de boeuf et de pommes de terre, assaisonné d’une sauce soja douce, Nikujaga : 肉ジャガ.

Highslide JS

Poulet, carottes, daikon et pommes de terre mijoté dans de la sauce soja et du mirin, Gameni : がめに.

Highslide JS

Plat de viande de porc mijoté avec l’os, spécialité d’Okinawa, Soki : そき.

Les Mushimono : 蒸し物

Les mushimono sont les plats cuits à la vapeur. Avec cette méthode, les odeurs naturelles ne s’échappent pas et donne un goût léger au bouillon. Les ingrédients peuvent être additionnés avec du sel et cuit à la vapeur , on les appelle shiomushi (塩蒸し) ou additionnés de sel et de sake, on les appelle alors sakemushi (酒蒸し). Le poisson est parfois cuit ainsi. Les mushimono sont servis avec du dashi épaissi avec de l’amidon de marante et assaisonné de gingenbre rapé, zeste de yuzu (柚: citron) ou des oignons nouveaux hachés.

  • Chawanmushi (茶碗蒸し) : mélange de dashi et d’oeuf, avec des morceaux de poulet, champignon, crevette ou une noix de gingko, cuit à la vapeur.
  • Kaburamushi (蕪蒸し) : navet cuit à la vapeur agrémenté de morceaux de poisson.

Il existe bien sûr d’autres mushimono. Voici quelques images qui en représentent : chawanmushi et kaburamushi.

Highslide JS

Mélange de dashi et d’oeuf, avec des morceaux de poulet, champignon, crevette ou une noix de gingko, cuit à la vapeur, Chawanmushi 茶碗蒸し.

Highslide JS

Navet cuit à la vapeur agrémenté de morceaux de poisson, Kaburamushi : 蕪蒸し.

Les Sunomono : 酢の物

On comparerait facilement ces deux nouvelles catégories à des salades. Su (酢) signifit vinaigre, et un sunomono est une salade vinaigrée, pour laquelle le concombre est très populaire. Ces salades ont un goût rafraîchissant et accompagnent avantageusement d’autres plats. Dégusté au début du repas, il met en appetit.

Il y a plusieurs façon de dresser ces sunomono : anazu (あな酢) vinaigre de riz et sucre, nibaizu (こばい酢) sauce soja et vinaigre de riz et le plus connu sanbaizu (さんばい酢) vinaigre de riz, sauce soja et sucre.

Les ingrédients les plus populaires pour ces sunomono sont : concombres, algues wakame, crevettes, crabe, radis (daikon).

Highslide JS

Une salade Sunomono à la sauce anazu, あな酢.

Highslide JS

Une salade Sunomono à la sauce nibaizu, こばい酢.

Highslide JS

Une salade Sunomono à la sauce sanbaizu, さんばい酢.

Les Aemono : 和え物

Les aemono (和え物) ressemble à en salade en sauce où l’épinard est l’ingrédient de base. Cet ingrédient est cuit et servi froid, enrobé dans une sauce.

  • Kurumiae (胡桃和え) : épinard cuit et servi dans une sauce à base de noix.
  • Gomaae (胡麻和え) : épinard cuit et servi dans une sauce à base de sésame (goma : 胡麻).

Voici quelques images qui en représentent : kurumiae et gomaae.

Highslide JS

Epinard cuit et servi dans une sauce à base de noix, Kurumiae : 胡桃和え.

Highslide JS

Gomaae (胡麻和え) : épinard cuit et servi dans une sauce à base de sésame.

Les Itamemono : 炒め物

Les itamemono (炒め物) est un plat sauté. Essentiellement c’est la cuisson chinoise au wok . Il n’a pas sa place dans la cuisine traditionnelle japonaise, mais est populaire en famille. Elle témoigne des influences des cuisines du continent asiatique.

  • Chāhan (炒飯) : riz fri assaisonné.
  • Mapodōfu (マポドーフ) : tōfu et de la viande hachée cuits dans une sauce épicée et servis sur du riz.
  • Chanpurū (チャンプルー) : plat d’Okinawa, sauté de légumes, tōfu viande ou poisson et parfois des oeufs.
  • Kinpiragobo (金平牛蒡) : fins bâtonnets de gobo et d’autres racines de légumes sauté dans une sauce soja douce et sucrée.

Voici des images de ces itamemono : ahāhan, mapodōfu, chanpurū et kinpiragobo.

Highslide JS

Riz fri assaisonné, Chāhan : 炒飯.

Highslide JS

Tōfu et de la viande hachée cuits dans une sauce épicée et servis sur du riz, Mapodōfu : マポドーフ.

Highslide JS

Plat d’Okinawa, sauté de légumes, tōfu viande ou poisson et parfois des oeufs, Chanpurū : チャンプルー.

Highslide JS

Fins bâtonnets de gobo et d’autres racines de légumes sauté dans une sauce soja douce et sucrée, Kinpiragobo : 金平牛蒡.

Les Menrui : 麺類物

Les nouilles, où pâtes, sont regroupées sous le nom de menrui (麺類物). Ces nouilles prennent la place du riz, mais la tradition est si forte, que le riz est souvent proposé en plus de ces nouilles. Les soba (蕎麦), à base de farine de sarrazin, et les udon (饂飩), à base de farine de blé. Elles se retrouve parfois dans le nabemono. Ces deux sortes citées précédement peuvent être fries, on utilise donc le préfixe yaki. Elles sont d’influences chinoises.

  • Udon (饂飩) : pâtes de blé blanches et épaisses, servies soit froides sur un plat, soit en soupe.
  • Soba (蕎麦) : pâtes fines de sarrasin, de couleur brune, servies comme les précédentes.
  • Somen (そ麺) : pâtes fines rondes à la farine de blé, blanches à légèrement brunes. Servie froides dans une sauce.
  • Ramen (ら麺) : pâtes de blé fines et rondes de couleur jaunes servies dans un bouillon de porc ou de poulet avec divers accompagnements.
  • Chanpon (ちゃんぽん) : pâtes jaunes d’épaisseur moyenne servies avec une grande variété de légumes et produits de la mer dans un bouillon de volaille. Originaire de Nagazaki.

Il existe bien sûr d’autres façon d’assaisonner ces nouilles et de les présenter. Voici quelques images qui en représentent : soba, ramen (en bouillon et fraîches), et udon.

Highslide JS

Pâtes fines de sarrasin, de couleur brune, servies comme les pâtes Udon, Soba : 蕎麦.

Highslide JS

Pâtes de blé fines et rondes de couleur jaunes servies dans un bouillon de porc ou de poulet avec divers accompagnements, Ramen : ら麺.

Highslide JS

Pâtes Ramen fraîches : ら麺.

Highslide JS

Pâtes de blé blanches et épaisses, servies soit froides sur un plat, soit en soupe, Udon : 饂飩.

Les Gyoza : 餃子

Ces raviolis sont inspirés des raviolis chinois. Ces raviolis sont composés de viande de porc hachée mélangée à du choux râpé, ils sont ensuite rôtis puis :

  • Yakigyoza (焼餃子) : cuits à l’étouffé et trempés dans une sauce piquante.
  • Suigyoza (水餃子) : bouillis .

Il existe bien sûr d’autres façon d’assaisonner ces nouilles et de les présenter. Voici quelques images qui en représentent : gyoza frais, yakigyoza, et suigyoza.

Highslide JS

Un ravioli cru : gyoza : 餃子.

Highslide JS

Raviolis cuits à l’étouffé et trempés dans une sauce piquante, Yakigyoza : 焼餃子.

Highslide JS

Kan cho!!! Prenez soin de vôtre postérieur!

12 sept

Vous vous promenez tranquillement dans une rue au Japon lorsque vous ressentez tout à coup une fulgurante douleur au niveau de l’anus ! Du calme ! Ne paniquez pas ! Inutile de vous rendre chez un proctologue, il y a de fortes chances pour qu’un galopin vous ait tout simplement fait le coup du kancho.

De quoi s’agit-il exactement ? C’est très simple : vous joignez vos index, vous croisez entre eux les autres doigts puis, armé de ce redoutable pistolet à dargifs, vous vous approchez en taminois près d’une victime de votre choix et, sans crier gare (ou alors en criant « kan-CHO ! ») vous donnez un vigoureux coup dans son fondement. Exactement comme ceci :

Puis:

Admirez moi ce contact direct et profond, un doigté rectal hors pair qui ravira vôtre anus, le sourire pervers qui se délecte de sa tâche à l’appui!

Tel le poinçonneur de Shibuya, vous allez vite voir que « faire des trous, des p’tits trous, toujours des p’tits trous » est particulièrement farce. Tout comme le sens du mot kancho d’ailleurs puisqu’il signifie « lavement ». Eh oui au Japon on allie pratique et humour!

D’une manière générale, ce sont plutôt les écoliers qui pratiquent cette petite facétie.

Que ce soit entre potes de fac ou entre collègues, il semblerait que s’enfoncer des index dans l’anus entretienne un sentiment de camaraderie. Essayez donc demain à votre travail, Je suis sûre que vôtre côte de popularité montera en flèche! (Mr Propre= mon Boss mais pas mon héros; risquerait peut être même d’y prendre goût! Il faudrait que je tente cette approche qui requiert tout un doigté sentimental!)

Alors en pratique ca donne quoi?

Non, vous ne verrez plus jamais les bout de chou nippon comme avant: candide et kawaï, ce sont en fait des armes secrètes redoutable dont dispose la nation japonaise!

Même chose avec les jeunes hommes: à vôtre place j’oublierais tout espoir de colocation: imaginez donc le réveil surprise!

La pratique est également très répendue dans les mangas et animés: Naruto par exemple:

La pratique est tellement populaire qu’elle gagne même du terrain dans le domaine de l’art:

A quand de telle statue profonde et amicale sur nos rond point de banlieues?!

Attention même dans les arcades de jeux vous n’êtes pas à l’abris: Boon Ga est là pour assouvir vos envies et vos pulsions les plus enfouies qui font de vous un véritable explorateur et pionnier du côlon:

Pour plus de plaisir, osez la banderole humaine et aligner donc les anus joyeusement! Ça renforce les liens!

Les plus passionnés n’hésite désormais plus à afficher la couleur:

Ok j’ai refroidi vos rêves de voyages et d’exotisme?! Tout d’un coup vous vous sentez moins enclin à prendre le premier avion en départ pour Tokyo?

Pa de panique, afin de vous préserver de ces terribles attaque niponnes, j’ai concut un petit manuel de survie et de prévention, histoire d’éparnger vôtre doux et sensible flore anale de son baptême de Kan-Cho!

Késako?

Premier conseil: optez donc pour le style Baggy ou pantalon extra large qui ont pour action de diminuer l’impact fatal de ces" Twix" deux doigts coupe-faim japonais!

Deuxième conseil: Lors de vos déplacement ruraux et de vos visites culturelles GARDEZ le dos contre le mur: d’un vous verrez l’attaque venir et de deux vous rendez la tâche à l’ennemie plus difficile!! Encore un bon moyen de dissuasion!

Troisième conseil et pas des moindres: n’hésitez pas à prendre un otage, de préférence de la population nippone, qui saura davantage encaisser le coup que vous (un anus averti en vaut deux!)

Oh! Pour conclure: qui n’a jamais posé selon James bond ou drôle de dame pour le délire?! Eh bien vous ne serez plus dupe face à de telle photo, tel que ce frère et sa petite soeur: non non non! Ils sont loin d’être aussi innocents qu’ils veulent l’afficher! Moi je lis en gros derrière leurs esprit teenager KAN-CHO!!!! Il semblerait donc qu’en Europe le phénomène soit encore latent et refoulé mais bien présent dans les esprit: il ne manque plus que la pratique du signe!

Source et site à consulter: Kancho

Drinkcold (blog)

Kancho.jp

Yupis

Ten Ryû

Okamas & Newhalf

2 sept flag

Phénomène de société: l’homosexualité au Japon

Un paradoxe étonnant

Si dans le Japon ancien, l’homosexualité masculine était connue, le sujet est tabou dans la société contemporaine, contraignant la communauté gay à se faire discrète pour éviter la stigmatisation.

Paradoxe de cette situation, "des amuseurs publics qui affichent leur homosexualité apparaissent souvent dans les émissions de télévisions, mais pour les gens ordinaires, il est très difficile de sortir du placard", explique Kanako Otsuji, l’unique élue ouvertement homosexuelle du pays. Sans revêtir le caractère sacré des sociétés judéo-chrétiennes, le mariage est toujours perçu au Japon comme une obligation sociale et l’homosexualité comme une déviance, qui doit rester dans la sphère privée, soulignent les observateurs. Une certaine discrimination se manifeste par "le mépris": "On fait semblant d’ignorer, on n’en parle pas", assure Melle Otsuji. Et la communauté gay, éclatée en multiples petites associations, s’affiche ou revendique peu.

"Dans les années 1990, certains homosexuels japonais s’opposaient même à l’action politique pour éviter d’être davantage discriminés", explique Melle Ostuji. Candidate aux élections sénatoriales de juillet, cette dernière a néanmoins pu installer son QG électoral à Shinjuku ni-chome, le quartier gay de Tokyo, signe d’un changement, selon elle. Avec ses 300 bars, Shinjuku ni-chome se targue d’être le quartier homosexuel comptant "le plus grand nombre de bars au monde". Pour autant, la "Gay Pride" de Tokyo, première mégalopole du monde (20 millions d’habitats), n’attire chaque année qu’à peine plus de 3.000 personnes, loin des centaines de milliers de participants à San Francisco, Berlin ou Paris. "Les Japonais ont peur de marcher dans les rues de Tokyo sous le regards des autres. Ils craignent que cela leur nuise", souligne Mlle Otsuji.

Pour Junichi Goto, un rédacteur en chef du mensuel gay nippon Badi, cette faible participation s’explique aussi par "l’absence de culture de manifestation (politique) au Japon". La fête qui succède à la Gay Pride est plus proche du "matsuri" (festival populaire et religieux traditionnel), avec ses feux d’artifice et ses stands de brochettes, et attire beaucoup plus de monde que la marche, selon le journaliste. Le mouvement de libération homosexuelle, qui a émergé en Occident dans les années 1960, en été tardif au Japon, où il a été lancé au début des années 1990. Ensuite, le développement de l’internet a été déterminant pour faciliter les rencontres et apporter aux homosexuels japonais une ouverture sur les mouvements gays dans le monde. Aujourd’hui, "de plus en plus d’homosexuels vivent ouvertement leur orientation sexuelle", assure Mlle Otsuji. Aucune loi ne répond à leur revendications (union civile, sanction contre la discrimination ou adoption d’enfants).

L’homosexualité sous la période d’Edo


Des écrits sur l’homosexualité au Japon datent des anciens temps, longtemps en arrière, en fait, à certain moment de l’histoire japonaise, l’amour entre hommes était vue comme la forme d’amour la plus pure.

Alors que l’homosexualité n’a jamais été vue comme un péché dans la société japonaise et la religion, la sodomie a été déclarée comme illégale en 1873, mais seulement officialisé quelques années après lorsque le décret a été rajouté dans le Code Pénal de 1880. Le contact des religieux occidentaux, et le désire d’apparaître "civilisé" ont influencé la façon dont l’homosexualité est vue par le gouvernement japonais et la population en général depuis la fin du dix-neuvième siècle.

A l’inverse de l’occident, au Japon le sexe n’est pas vue en terme de moralité, mais plutôt en terme de plaisir, de position sociale et de responsabilité sociale. Bien que l’attitude moderne envers l’homosexualité a changé, c’est fréquemment  vrai, même encore maintenant. Comme l’occident pré moderne, seuls les actes sexuels sont perçus comme étant homosexuel ou hétérosexuel, pas les gens qui exécutent ces actes.

A l’origine, shudo, wakashudo et nanshoku étaient les termes utilisés durant la période Edo. Ces termes n’impliquent pas une identité spécifique, mais plutôt un comportement.

Actuellement, dôseiaisha (同性愛者, littéralement personne aimant quelqu’un du même sexe), gei (ゲイ, gay), homosekushuaru (ホモセクシュアル, homosexuel), rezu ou rezubian (レズ、レズビアン, transliteration de lesbienne) et homo(ホモ) sont les termes les plus communs. Alors que dôseiaisha est utilisé pour caractériser à la fois les hommes et les femmes, gei, homosekushuaru et homo sont utilisés exclusivement pour les hommes.
Le terme de gay est pratiquement jamais utilisé dans les discussions des sources anciennes et historiques à cause de la connotation moderne, occidentale, politique du mot et parce que le terme suggère une identité particulière, une de celle que les homosexuels, même dans le Japon moderne, n’identifient pas. Le terme homo peut être utilisé à la fois positivement et péjorativement. De nos jours, le terme gei (ゲイ, une translittération de gay) et rezu ou rezubian (レズ、レズビアン, translittérations de lesbienne) sont les plus communs dans la communauté gay, bien que des termes largement péjoratifs comme okama sont aussi utilisés.

Un nombre de personnalités qui apparaissent à la télévision chaque jour au Japon sont des travestis, des gay ou des transsexuels, ou cultivent une telle image comme partie de leur personnage publique.
Ces dernières années, un petit nombre d’artistes, presque tous hommes, ont commencé à parler publiquement de leur homosexualité. Ils apparaissent souvent dans divers talk show et d’autres programmes.  Le danceur et artiste (tarento) Kaba-chan, le tarento Gakuseifuku Sakamoto, le maitre d’ikebana Shougo Kariyazaki, le comedien Ken Maeda, et jumeaux critiques de culture pop Piko et Osugi en font partie.
Akihiro Miwa, une drag queen et ancien amant de l’auteur Yukio Mishima, est le porte-parole de publicités à la télévision pour de nombreuses entreprises japonaises allant de produits de beauté à des produits financiers et TEPCO (Tokyo Electric Power). Kenichi Mikawa, un ancien idole chanteur pop qui maintenant efface la limite entre les hommes et les femmes pour les costumes et le maquillage, et peut être régulièrement aperçu dans divers programmes, comme animateur travestit Peter-san. La chanteuse-parolière et actrice Ataru Nakamura était une des première personnalité transsexuelle à devenir très populaire au Japon; en fait, les ventes de sa musique ont explosée après qu’elle ait parlé de son opération chirurgicale MTF (Male To Female) pour changer de sexe à l’émission de variété Boku no Ongaku en 2006.
Certains animateurs non gay, ont aussi utilisé l’homosexualité pour développer leur profil. Razor Ramon Hard Gay (HG), un comédien, est devenu une célébrité après qu’il commence à apparaitre en public portant un harnais, des sous-vêtements et une casquette en cuir noir. Ses vêtements, son nom et sa marque déposée "pelvis thrusting and squeals" (bassin enfoncé et couinements) lui ont valu l’adoration de ses fans et le mépris de la communauté japonaise gay.

Source: TenRyû.org

Blog: fushiaz-jap skyrock

Les Okamas aujourd’hui



C’est dans le quartier dit chaud du Japon, c’est à dire Shinjuku ni-chōme, que se regroupe le plus grand nombre de bars gays au monde. Oui, ni-chōme avec ses 200 à 320 établissement, peut se vanter d’être l’un des plus grands quartiers gays au monde. La plupart des bars ont une "spécialité", il y’en a pour tous les goûts: les étudiants, les jeunes hommes, les sado maso, les hommes musclés, les travestis…

Il y a également quelques des bars pour lesbiennes. Les hommes et les femmes ne se mélange pas, un homme ne peut rentrer dans un bars pour femme et vise versa. On y trouve des magasines tel que le "Badi" l’un des mensuel gay le plus connu du Japon, le karaoké est des magazines/DVD pornographiques, et choses plus inhabituelles telles que les photos des clients les plus fidèles sur les murs. Beaucoup d’établissements sont interdits au "gaijin", et généralement pour ceux qui en accueille, les publicités et les renseignements sont écrits en anglais. D’autres quartiers ont des établissements gays comme Shibuya,Ueno…

L’homosexualité est chose tabou au Japon, mais chaque année les préfectures et les villes, répertories tous les établissements gays japonais dans un magasine, le "Otoko-machi". Vous trouverez, les clubs, les bars d’hôte, les restaurants, les saunas, les librairies, les salons de massage… et pleins d’autres choses comme la direction à pendre pour chaque endroit. Sachez également qu’il ya beaucoup de club et association, des équipes de sports, des groupes culturels et des groupes religieux pour les gays!

Quelques personnalités reconnue au Japon:

Kanako Otsuji, politicienne

A 33 ans, Kanako Otsuji est la plus jeune député d’Osaka; En juillet, elle sera aussi la première politicienne ouvertement gay posant sa candidature pour un siège au Senat, la haute Chambre du Régime du Japon. D’allure sportive, une coupe de cheveux courts et un sourire en coin, Kanako Otsuji ne ressemble certainement pas à une femme d’assemblée "typique". Elle le membre le plus jeune de l’Assemblée Préfectorale d’Osaka et une des seulement six femmes de l’assemblée distinctement dominé par les hommes.

Elle est soutenue par le Parti Démocrate de Libéral gouvernant (le PLD) pour son élection de juillet prochain pour le Senat.Tandis qu’elle était toujours ouverte sur sa sexualité, son équipe de campagne lui conseillait constamment de garder le secret sur sa préférence sexuelle. Cependant depuis l’élection de l’assemblée en avril 2003, l’ancienne championne junior de karaté, qui a étudiée le coréen et le taekwondo à l’Université de Séoul, lui a servie dans son appui sur les droits des lesbiennes et des homosexuels.Beaucoup de ses actes, ont contribués à faire passer une loi permettant aux couples homosexuels à Osaka de demander des logements sociaux – un droit qui était réservé aux couples marié. Elle a déclarée  publiquement son homosexualité le jour de la Gay Pride à Tokyo en 2005.
En aout 2005, elle publie son autobiographie: Un voyage pour trouver mon vrai moi (カミングアウト~自分らしさを見つける旅). Elle a depuis participée et apparue à plusieurs événements de la fierté gay, puis elle fut la directrice des affaires générales de la parade de l’Arc en ciel à Kansai en 2006. La meme année, elle fut l’une des représentantes à la conférence mondiale de l’association gay à Genève. Face à la critique et aux doutes, les efforts d’Otsuji  lui ont permis d’avoir le soutien des électeurs et l’appui de ses confrères. Son mandat ayant expiré au mois d’avril, elle n’a pas voulu se représenter préférant poser sa candidature à un siege au Senat du Japon. Dans n’importe quel cas si elle échoue ou réussit elle sera largement reconnue par la communauté LGBT qui reconnait son chemin parcouru comme important dans le combat sur l’égalité des droits des homosexuels et des droits lesbiens au Japon.

Ryosuke Hashiguchi, cinéaste

Ryōsuke Hashiguchi (橋口 亮輔) est un réalisateur et scénariste japonais, né le 13 juillet 1962 à Nagasaki (Japon).

Il a commencé à tourner en Super8 au lycée puis a entamé des études de cinéma à l’Université des Arts d’Osaka où il se fait déjà remarquer pour son style réaliste, centré sur des portraits complexes de ses personnages. Mais il ne finit pas son cursus et commence à réaliser des programmes pour la télévision et la vidéo.

En 1989, il réalise The Secret of last Night, un court métrage primé au Festival Pia de Tokyo. Petite Fièvre des vingt ans est son premier long qu’il écrit et tourne en 1992. Petit film tourné avec des acteurs amateurs, il devient culte au Japon et bat des records d’affluence dans l’unique cinéma qui le projette. Suivent Grains de sable (1995) et Hush ! (2001) dans lesquels il aborde à nouveau la question de l’homosexualité masculine. Je recommande particulièrement ce film qu’i m’a beaucoup plu!

Voici un extrais d’une interview:

Quelle est votre place dans le cinéma japonais?

Je ne sais pas très bien. Le monde du cinéma est très macho et il l’est particulièrement devenu quand je me suis décidé à faire mon coming-out. Dans mes films, on voit des personnages gays. Moi, quand je fais des films comme Grains de Sable, je ne le fais pas uniquement pour les gays parce que ce sont des problèmes qui peuvent, en fait, toucher tout le monde. C’est ce que je veux montrer. Dans le monde du cinéma, il y a de nombreux préjugés. Par exemple dans le plus grand quotidien japonais, une rubrique classe les films selon cinq étoiles : on m’a mis trois étoiles avec comme raison : "C’est un bon film mais ça parle d’homosexualité alors on ne peut pas comprendre". J’ai participé au journal télévisé du soir qui est très populaire au Japon. A la fin de l’émission, la présentatrice s’adresse à un autre invité, réalisateur gay lui aussi, et lui dit, parlant de mon film : "Vous, vous pouvez peut-être comprendre ce genre de film alors que les gens normaux comme moi ne peuvent pas !" C’était en direct sur une chaîne nationale! Lors du grand tremblement de Kobe, cette même présentatrice était dans les studios en train de présenter les nouvelles et tout tremblait autour d’elle. Il commençait à y avoir de la fumée qui montait parce que tout s’écroulait. Elle, imperturbable, continuait, le micro à la main et elle disait "Oh ! On se croirait aux thermes" (rire).
Un drame, une histoire, un film, c’est en fait voir l’autre à travers soi pour ressentir ses émotions. Si c’est pour dire : "Le personnage ne me ressemble pas, je ne peux pas le comprendre", là, c’est moi qui ne comprends plus.

Est-ce que cette discrimination rend votre travail plus difficile?

Ça ne change pas vraiment. D’ailleurs, on a beau parler du boum du cinéma japonais, ce n’est pas pour ça que les rapports à l’argent changent. Le financement reste toujours aussi difficile. Ce n’est pas parce que je suis gay que c’est plus difficile. C’est difficile parce que c’est difficile.
Pour revenir un peu sur la façon dont l’homosexualité est perçue par la société, les gens ne comprennent pas que c’est une façon de vivre. Ils disent "Ah ! C’est parce que t’aimes les garçons ! C’est parce que t’aimes ça !".Récemment, pour un mariage, je suis rentré dans ma famille. J’ai rencontré des parents et tout le monde m’avait vu passer à la télévision. On me disait : "C’est très bien que tu sois gay et que te ne le caches pas" mais en même temps on me disait : "Alors ! Quand est-ce que tu te maries et que tu nous fais des petits enfants. Ah ! Ce qu’on aimerait avoir des petits enfants !" Tous pensaient que si j’avais un gosse ça "s’arrangerait" et alors, j’arrêterais de "m’amuser"

Source: Fluctuat.net

Les Newhalfs

Au Japon, anglicisme signifiant nouvelle moitié, souvent retranscrit du katakana ニュ-ハ-フ en rōmaji par Newhalf en un seul mots, pour désigner les transsexuelles en général et les hôtesses hermaphrodites et androgynes de certains clubs, en particulier dans certains quartiers tels Roppongi à Tōkyō, en référence à "la seconde moitié du ciel", utilisée par le grand Timonier pour désigner la femme.

Haruna Ai

Ai Haruna (はるな愛), de son vrai nom Kenji Ounishi (大西賢示) est surtout connue pour ses imitations de l’idole Aya Matsuura et pour avoir remporté le titre de Miss International Queen en 2009.

Avant d’en arriver là, elle dit avoir dépensé environ 480000€ en intervention de chirurgie esthétique. Elle est présente dans de nombreuses émissions de divertissement (cartoon kat kun…)  dans lesquelles on peut la voir chanter ou essayer de séduire des stars habillée en écolière. Star de la télé au japon, elle est aussi chanteuse est a sortie 2 single "Iu Yo Ne" en 2008 et "Uneven Summer Love" en 2009. De plus, elle fait aussi une apparition dans le clip MOMI MOMI Fantastic des Asia Engineer ou elle est là encore habillée en écolière. En octobre 2009 à 37 ans, elle est la première japonaise à décrocher le titre de Miss International Queen. En novembre 2009, quelques jours après avoir été couronnée "Miss International Queen 2009" elle à sortie son premier photobook.

Je trouve sa voix très sexy:

IKKO

Ikko-san. Make-up artist né sous le nom de Kazuyuki Toyota en 1962 (donc 46 ans). Il apparait sur toutes sortes de plateaux télés, la plupart du temps pour donner des conseils beauté, maquillage, régime (que les filles écoutent avec grande attention) mais pas seulement et à lancé la catch-phrase de l’année 2007 : "dondake!!" qui signifie litteralement "jusqu’où?" mais que l’on pourrait transcrire en français par "non, sans blaaaageuuuuu??!’ avec voix et pose "homosexuel-efféminé" (une main sur la hanche l’autre repliée genre "me dis pas ça!").

Une vidéo très marrante où Ikko effraye Ryo Nishikido dans une des émission des Kanajani8!

Ayana Tsubaki

Elle est mannequin (transsexuel) au Pays du Soleil Levant.
Né dans la préfecture de Saitama, elle étudie à l’Université Aoyama Gakuin Graduate School of Literature. Sa spécialité est la littérature française et sait jouer du piano. Elle apparaîtra dans le jeu Yakusa 3 de Sega.

Vraiment très jolie:

Enfin la plus surprenante pour moi:

Ataru Nakamura


Ataru Nakamura a commencé la musique très jeune en apprenant à jouer du piano, de la guitare, de la flute et de la batterie par ses propres moyen. Elle écrit ses premiers textes à l’âge de 14 ans. Sa voix mélodieuse lui a permis de remporter plusieurs concours de chant ainsi que de sortir son premier single indies en 1999.
En 2006, elle signe avec avex trax et passe ainsi en major. La même année lors de l’émission de radio "All Night Nippon" elle révèle, qu’elle est né homme et qu’elle a subit une intervention afin de changer de sexe. Cette révélation lui à fait beaucoup de publicité. Elle s’est ainsi placé au top de l’Oricon pendant plusieurs semaines.
Elle a également été sollicitée pour participer aux génériques de plusieurs mangas et films comme par exemple l’animé "Reideen ", les films "Sakebi" et "Gegege no Kitaro:Sennen noroi Uta ".Après quelques temps chez avex trax, elle décide de changée de maison de disque et atterrie chez Yamaha Music Communications.

J’aime énormément sa chanson Tomodachi no Uta, célèbre et superbe: sa voix est celle d’une femme, c’est asser sidérant!

J’ignorais que c’était un trans et ca m’a beaucoup surprise!!

Source: Nautiljon, Wikipédia, Blog jud-Hiroshima (over blog)

La culture Yaoi


Le Yaoi (やおい, Yaoi?) est un genre de mangas et animes, dessiné surtout par des femmes à destination d’un public féminin, dans lequel l’intrigue est centrée autour d’une relation homosexuelle entre personnages masculins, et comportant des scènes sexuelles. Il s’agit généralement de relations homosexuelles idéalisées, avec des personnages masculins souvent efféminés (bishonen).

Le yaoi est à distinguer

  • du shonen-ai, dans lequel la romance homosexuelle n’atteint pas le stade du sexe. Les relations sont essentiellement platoniques ou au stade du tendre baiser.
  • du bara, genre homosexuel plus réaliste, qui est dessiné essentiellement par des hommes et à destination d’un public homosexuel masculin.

Yaoi est en fait l’acronyme de [ヤマなし、オチなし、意味なし」yama nashi, ochi nashi, imi nashi : « Pas de pic, pas de chute, pas d'histoire ».

À l'origine le terme fut inventé pour désigner des dōjinshis (mangas utilisant des personnages non-originaux, le plus souvent dessinés par des amateurs) comportant des scènes érotiques entre personnages masculins issus de mangas, de séries animées ou de jeux vidéo populaires (Saint Seiya, Captain Tsubasa, Gundam Wing, Final Fantasy VII, etc.).

La popularité des histoires mettant en scène des couples homosexuels, avec ou sans graphisme sexuel, n'a été que grandissante parmi le public féminin japonais. Avait suivi une production d'œuvres originales réalisées par des auteurs professionnels : c'est la naissance du manga yaoi à part entière.

Si « yaoi » ne désigne au Japon que la portion des œuvres ayant un contenu sexuel, le terme est aujourd'hui souvent utilisé par les fans occidentaux par abus comme un terme général pour désigner toute forme de romance entre deux hommes, même si elle est uniquement suggérée.

Les termes japonais pour actif et passif sont respectivement seme et uke.

Il ne faut pas confondre le yaoi avec le yuri (relations homosexuelles entre femmes).

De par sa définition d'œuvre à caractère sexuel, on croit abusivement que le Yaoi n'est qu'une simple œuvre pornographique centrée sur le sexe, rien de plus que du hentai ou pornographie pour fille.

Or les mangas, romans et animes yaoi offrent en fait un vaste panel de genres, de la comédie à la science-fiction, des robots géants à la romance de collégiens, avec en général des intrigues longues et complexes. L'acte sexuel y apparaît le plus souvent comme un acte d'amour, la romance servant toujours de toile de fond principale. Nombre de mangas yaoi sont même peu explicites.

On notera d'ailleurs la tendance à ne pas dessiner les organes génitaux, même dans des animes yaoi très axés sur les relations intimes. Il n'y a guère que les dōjinshis yaoi cités précédemment qui minimisent l'intrigue au profit de l'acte sexuel.

Source: Wikipédia

Quelques films incontournables

L'incroyable curiosité, Mayonaka no Kita-san, Yaji-san avec Nagase Tomoya et Shichinosuke Nakamura (joueur de Kabuki que j'adoreeeee!!)

"Yaji et Kita sont deux Samurais homosexuels, follement amoureux. Mais la vie n'est pas si joyeuse pour eux : Kita est accro aux drogues qu'il prend à longueur de journée, et Yaji a des hallucinations plus que fantaisistes, qui le rendent fou.
Un jour, nos deux amis reçoivent une publicité pour le Temple d'Ise, leur disant "La réalité est ici ! ".
Ni une ni deux, ils décident de se rendre à se fameux temple pour découvrir leurs réalités..."

Je vous met la choré délire:

HUSH!

Naoya est un homosexuel replié sur lui-même, accompagné par un sentiment étrange que quelque chose manque à sa vie. Il fait la connaissance de Katsuhiro et succombe immédiatement à son charme. . Tous deux commencent à se fréquenter quand apparaît Asako, une jeune femme qui propose à Katsuhiro de faire un enfant. Naoya, ne pouvant envisager une telle chose, est agacé par Katsuhiro, par son caractère indécis et la façon dont il dissimule son homosexualité.

Ryosuke Hashiguchi signe une comédie de mœurs à la fois drôle et émouvante sur la paternité dans une atmosphère de folie douce rythmée par des plans-séquences excellemment composés qui laissent une grande place à l’absurde.

Taboo

Kyoto, printemps 1865. Au temple Nishi-Honganji, la milice du Shinsengumi selectionne de nouvelles recrues en présence du commandant Isami Kondo et du capitaine Toshizo Hijikata. Les candidats doivent affronter le meilleur guerrier de la milice, Soji Okita. Ce jour-là, deux hommes se détachent du lot et intègrent la milice: Hyozo Tashiro, samouraï de rang inférieur originaire du clan Kurume, et Sozaburo Kano, jeune homme dont la beauté envoutante attire tous les regards. Tashiro s’éprend immédiatement de Sozaburo Kano.

TABOU est un film étonnant qui traite de l’homosexualité sur fond de samourai. C’est dans une école de Samouraïs que l’on retrouve en Kimono le grand Takeshi Kitano dans un second rôle exemplaire. En maître d’oeuvre et en guerrier accompli, l’homme remarque le conflit dans le regard de certains élèves. Un nouvel arrivant dans l’école Nishi-Honganji doué dans l’art du sabre va se faire remarquer d’une part pour ses qualités de samouraï et d’autre part pour son physique attirant. A partir de là, Sozaburo Kano, personnage innocent cherchant aussi sa tendance sera la proie d’autres personnages expérimentés et jaloux. Toute l’histoire va alors se dérouler autour des comportements de certains samouraïs qui vont tomber successivement amoureux de ce jeune homme. L’auteur a voulu montrer une des facettes de la vie de ces guerriers d’autrefois.

Enfin le transexuel le plus marrant et attachant de l’histoire de l’animation japonaise!! J’ai nommé: Hana de:

Tokyo Godfather, qui est film d’animation japonais réalisé par Satoshi Kon, sorti en 2003:

Gin, un homme ruiné, Hana, un travesti versant volontiers dans le sentimental et Miyuki, une adolescente fugueuse, vivent dans la rue. Un soir de Noël à Tokyo, les trois sans abris trouvent un bébé au milieu des ordures et une clé de consigne de gare dans son couffin. Ils décident alors de retrouver la mère du nouveau-né, qu’ils appellent Kiyoko « enfant pur » en attendant. Commence pour eux une formidable aventure qui, par un incroyable concours de circonstances, les confrontera en six jours à leurs passés respectifs.

A l’image des classiques de la comédie américaine, Kon tire des situations tragiques (enfant abandonné, personnages sans logis ou violence urbaine) un décalage comique, l’énergie du désespoir trempée dans l’acier de l’optimisme, juxtaposant de manière brute la dureté d’un passage à tabac dans un square aux bouffonneries de ses figures bibliques et déjantées. Les parrains font preuve d’une générosité sans borne qui semble recouvrir d’un drap étoilé de lumières de Noël une capitale plongée dans son bleu nuit. Hymne à la joie revisité, Tokyo Godfathers est le chef d’œuvre miracle d’un auteur heureux et dont on attend désormais les autres tours d’un pied ferme.

Très stéréotypé mais hilarant, le personnage de Hana reste l’un de mes favoris dans l’animation!! A voir absolument!!! Fouuuuuu!!

Unubore Deka!

2 sept

Détails

• Titre: うぬぼれ刑事 / Unubore Deka
• Titre Anglais: The Conceited Detective (Le Détective Vaniteux)
• Scénariste: Kudo Kankuro
• Format: Renzoku
• Genre: Comédie
• Chaîne de diffusion: TBS
• Période de diffusion: A partir de Juillet 2010 (les vendredis à 22H00)

Synopsis

Unubore Deka, c’est l’histoire d’un flic trentenaire et célibataire (Tomoya Nagase du groupe Tokio) qui est persuadé qu’il est populaire auprès des femmes. Il est ultra romantique et fait parfois preuve de vanité c’est pourquoi ses amis lui ont donné le surnom d’Unubore. Il a tellement envie de se marier qu’il a déjà acheté un appartement pour sa future femme et lui…

Malheureusement, il a pour fâcheuse habitude de tomber amoureux dès le premier regard de toutes les criminelles qu’il est censé arrêter.

Casting

• Nagase Tomoya dans le rôle d’Unubore
• Ikuta Toma dans le rôle d’un acteur (l’un des amis d’Unubore, les "Unubore 5")
• Nakashima Mika dans le rôle de l’ex-petite amie d’Unubore
• Kaname Jun dans le rôle d’un patissier (l’un des amis d’Unubore, les "Unubore 5")
• Yahagi Ken dans le rôle d’un photographe (l’un des amis d’Unubore, les "Unubore 5")
• Bando Mitsugoro dans le rôle d’un psychologue (l’un des amis d’Unubore, les "Unubore 5")
• Nishida Toshiyuki dans le rôle du père d’Unubore

Ô femme!! Tu ne sera plus jamais esseulée et oubliée!!

Voilà un homme capable de nous aimer toutes! Un homme à la sensibilité extrême: si forte qu’elle en est complètement délirante!!!! Pour nôtre plus grand plaisir!! Enfin le glas du grand come back sonne: Tomoya Nagase nous revient en force son stock de grimaces et son jeu d’acteur fou au MAX de ses capacités!!!

Je dois dire que c’est un grand coup de cœur de la rentrée qui s’annonce!!

Vous ne vous êtes jamais dis en regardant un drama que le scénard était là, le concept pas mal, mais qu’il était mal exploité et mal interprété?! Que cela aurait pu être tellement prometteur?! Et du coup la déception était au rendez-vous!!

OR unubore est une réussite totale: si cela n’avait pas été Nagase, je ne pense pas que le succès serais aussi présent!!

L’humour est OMNIPRÉSENT!! Et le casting alléchant! Non seulement on nous offre un scénario de choix, avec un concept délire qu’est ce flic peu ordinaire: un gros lover en puissance qui aurait très pu chanter « femmes, je vous aime! » complètement à l’ouest dans son monde rose à cœurs palpitant, avec musique de fond si’you’plait! Eh non, le réalisateur n’as pas lésiné sur les détails! Et c’est ce qui m’a plu!! Tout est conçut dans les moindres détails, avec des persos en arrières plan haut en couleur, des scènes musicales décalées et grandioses, et de VRAIES enquêtes menées malgré le gros délire romantique qui se trame!

On a le droit à une sympathique équipe de gaie lurons: tous des Unubore, qui se réunissent dans un bar le soir pour partager leurs émois amoureux: on y retrouve avec un grand plaisir Ikuta Toma et Kaname Jun! Nos valeureux jeunes hommes sont guidés par un sensei peu commun de l’amour dont la présentation dès le 1er épisode m’a fait beaucoup rire! Il faut dire que le drama à la dose d’humour à laquelle j’accroche particulièrement!! N’ayant pas vu de tel chef d’œuvre depuis un petit moment (depuis Hotaru no Hikari!) je dois avouer que mes pupilles palpitent de bonheur face à un tel spectacle épique!! Bref de jour notre Nagase est flic éperdu d’amour et d’eau fraiche: de nuit un Unubore qui bois en compagnie de ses camarades de cœurs et qui tente d’analyser les relations si complexes à déchiffrer entre un homme et une femme!

On a plusieurs tableau qui s’agencent: entre le poste de police et coéquipier de Nagase « virtuosement » interprété par Arakawa Yoshiyoshi; qui se révèle surprenant dans son rôle, très travaillé et très pittoresque! On a également le tragique tadem de Nagase et de son ex: hilarant à souhait et qui explique le désespoir peu commun de notre héros au cœur brisé et fendu!! Puis le tableau Père/Fils qui m’a franchement ravi puisque le père de Nagase n’est autre que Nishida Toshiyuki qui jouait l’acteur de Kabuki dans Tigre & Dragon: le combo mortelle est de retour!!! Enfin les fameux Unubore 5 (avec Nagase!) dans leurs bar favoris, le I’am’I (noter la pointe d’humour!) où l’actrice Morishita Aiko  interprète la Mama, une femme excellente au caractère bien trempé (Kisarazu cat’s eyes, Tigre & Dragon, Ikebukuro West Gate Par, Ryusei no Kisuna!)

Mais tout cela ne s’arrête pas ici: un choix particulier est mis au actrices jouant les « criminelles »: ainsi on retrouve Erika Toda, kato Ai (Majo Saiban, Ikebukuro), Aoi Yu (Tigre & Dragon), Yakushimaru Hiroko (oui la prof taré de Kisarazu cat’s eyes!!!), Koyuki (Kimi wa peto!)! Il faut avouer que ces femmes sont toutes connues, et qu’on leurs accorde à toute un rôle majeur d’un épisode: une femme par épisode donc, une histoire de cœurs par épisode et par enquête!

Alors les mauvaises langues pourraient arguer contre la répétition sur laquelle est basé le drama: un peu comme Tokyo Dogs, le drama suit en effet un schémas: mais c’est là tout son charme je dirais! Comme un poème est construit sur une rythmique et des vers, le drama s’articule sur une base commune à tous les épisodes: MAIS!! En regardant le 2ème épisode, je pensais en effet à quoi m’attendre: tout sauf à ÇA!! Je ne me suis absolument pas ennuyé: les délires étaient tellement poussés (notamment la scène du parc où j’ai cru mourir de rire: Nagase est un acteur vraiment au génie fou!) que j’ai été convaincue: le dramas parvient très bien à s’en sortir malgré cette répétition sur laquelle il s’articule! Les scènes comiques sont bien renouvelées et les idées foisonnent! Cela devient son moto, sa petite griffe perso en quelque sorte!

De plus: une mise en abîme de ledit dramas est faite: en effet, le père de notre cher flic Nagase, (ex flic lui-même) est devenu un écrivain en racontant toutes les mésaventure amoureuse de son fils: mésaventures qui permettent au grand dam de Nagase de coffrer les méchants, les truands féminins de la sociétés tokyoïte! Le père trouvant tout cela farouchement ironique et bien ballot se fait un max de pépètes en écrivant tout cela! Son livre devient best-seller: et je vous le donne ne mille!! Il est adapté en dramas!! Nonnnn!!! Celui qu’on regarde là?!! Oui!! Mais qui va interpréter le rôle de Unubore? Alias Nagase?!!! Soyez attentif: dès le 1er épisode un indice est donné!! J’ai adoré cette touche, qui donne à voir au spectateur un divertissement aux délires très poussés (faut le voir Nagase au top de sa forme: je parie qu’il fait de la muscu faciale ce type;) ) mais qui n’est pas débile pour autant et ne prends pas les spectateurs pour des cons: non, beaucoup de subtilités et de clin d’œil se faufilent sur nos écrans et là: j’applaudis! On nous offre du grand spectacle!!

Un drama digne des plus grands et de nos favoris!! (je pense bien sûr à Kisarazu, Ryusei no Kizuna, Tigre & Dragon,,,,) Normal quoi: le réalisateur n’est autre celui qui les a tous produit, ainsi que le directeur: une équipe de choc moi j’vous l’dit!!! Terriblement efficace!!

Arigatoooo!!!

Streaming en VOSTA

Playlist sur Dramacrazy (6 épidoseeeees!!!):

unubore-keiji

Une petite danse fun de Nagase

(Voir aussi: Le top 5 des danses de Nagase)

BIG SHOCK!!!!! ATTACK!!

13 août

MINAAAAA!!!!!!!! C’est terrible! Atroce! Odieux!! J’ai été trahie! Bafouée! Humiliée!!!!!!

Je viens péter mon câble ici, j’en ai besoin: il faut que j’parle!!!!! Que j’évacue!! Que je tire la chasse d’eau!!!! TASUKETEEE!!!!!

En fait j’ai découvert une chose terrible, ce qui m’amène à vous raconter brièvement ma tite vie perso de geek sans histoires et pépère!!

J’me lance: Voilà, je comptais faire un peu de ménage histoire d’avoir la conscience tranquille avant de m’attabler devant mon cher et tendre (copin? kareshi? ARE?!!) PC :):):) Aussi pour cela je prépare ma petite playlist habituelle, bout-en-train et bonne humeur de chansons japonaises!! Et là: je tombe sur un "vieux" titre, que j’avais laissé dans un coin obscur et esseulé: Free, l’ending de l’animé Basquash, très simpa et innovateur graphiquement parlant:

"L’histoire se déroule sur la planète Earthdash (Sprint-Terre). Les "Sprint-Terriens" vivent sous la lumière de leur cité lunaire Mooneyes.
Dan JD
est une tête brûlée habitant à Rollingtown, à la surface de la planète. Il déteste le "Big Foot Basketball" alias "BFB", pourtant le sport le plus populaire. Le BFB est un genre de basket-ball joué à bord de "Big Foot" (des robots aux grandes chaussures).
Mais nous sommes loin du basketball et ça s’avère très ennuyant.
Ses amis et lui, tous déjantés, se révoltent contre ce sport. Ils détestent les Big Foot et encore plus le BFB, au point que Dan est le "Dunker Masqué", le casseur rebelle recherché.
Son rêve est de révolutionner le BFB pour que ce soit du véritable basketball : celui auquel jouait sa petite sœur avant de perdre l’usage de ses jambes.
Dan rencontre une mécanicienne mystérieuse qui le fait monter à bord d’un Big Foot. Et c’est à partir de là que Dan entre dans la légende.
Il ne nous reste plus qu’à découvrir ce qu’est le "Basquash"."

Bref, je me dis tiens pourquoi pas?! Et hop je rajoute le titre à la playlist! Quand SOUDAIN!!!!! Je TILT!! Et mon cerveau hurle!!!!

La chanteuse au style RnB me frappe de plein fouet: Yamada Yu: Are?!! J’ai déja vu ce nom quelque part….NAONNNNNN!!!! Seigi no Mikata, Rose-sama et son sécateur menacant!!!! NON! Okite!! Tu rêves!! Mais comment je m’en suis pas rendu compte plus tôt?!!!!!


C’est là le problème avec les génériques d’animés: on voit pas la trogne des artistes!! On nous ment!! Nous trahie!!! Nous trompe!! OINNNNNNN!!!!!!

Donc…oui…elle (aussi! sight!!) chante…voici ledit clip:

Tout est fini entre nous: au placard le survêt vert pomme!! A la poubelle les roses du jardin!!! Dans le tiroir le sécateur!!!!!!

DOKEEEEE KONO YAROOOO!!!

Bon…c’est pas tout ca…mais avec toutes ces émotions…ben c’est que j’ai toujours pas fait mon ménage môa!!!

Aller hop!! Un tit Kanjani pour retrouver la pêche (et l’abricot!!;)) se met à brailler "SakuraaaAAA saiteeee!!!!….Subaruuu chériee!!!!" (et quitte la page internet en se trémoussant et dandinant de tout son cœur juvénile ses petites fesses potelées!)

You tachi! Nani gata?! = Vous les gars! quels sont vos groupes sanguins ?

12 août

Il existe au Japon une croyance populaire selon laquelle le groupe sanguin (ketsu eki gata (血液型, ketsu eki gata?) (けつえきがた)) permet de prédire la personnalité, le caractère et la compatibilité d’un individu avec les autres. Cette croyance s’est exportée dans une certaine mesure dans d’autres pays d’Asie, comme en Corée du Sud ou Taïwan.

Au Japon, se renseigner sur le groupe sanguin d’une personne est considéré aussi banal que de s’enquérir du signe astrologique dans d’autres pays. Quand on lit une présentation d’une personnalité il y a presque toujours son groupe sanguin.

Bien que cette théorie soit dénoncée par de nombreux scientifiques comme étant une simple superstition, ceci n’a pas réduit la popularité du phénomène. Cette croyance a été amplifiée dans les années 1970 par un livre de l’avocat japonais Masahiko Nomi. La théorie de Nomi est présentée dans le tableau ci-contre. Du fait de la rareté des personnes de rhésus négatif au Japon (environ 1%), ce critère n’a aucune signification particulière.

Au début du XXe siècle Karl Landsteiner, un scientifique autrichien, mis au point le premier système de classement des groupes sanguins. Des études ethniques montrèrent ensuite des différences géographiques dans la répartition de ces groupes, ainsi il y aurait un pourcentage plus élevé de groupes sanguins B chez les peuples asiatiques. Ce fait fut utilisé par les Nazis pour appuyer l’idée de races dominantes.

En 1927, Takeji Furukawa, un professeur vivant à Tokyo, publia Étude du caractère selon le groupe sanguin. L’idée d’une influence du groupe sanguin sur le comportement se répandit rapidement dans le pays et le gouvernement de l’époque lança une enquête pour vérifier cette théorie. L’enquête n’aboutit à aucun résultats concluants. Dans une autre étude, Furukawa compara les répartitions de groupes sanguins chez deux groupes ethniques : les Formosans de Taïwan et les Aïnous du Nord-Est de l’Asie. L’objectif de cette étude était de « pénétrer l’essence des caractéristiques raciales des Taïwanais qui se sont révoltés récemment et comportés si cruellement ». En effet, après sa victoire contre la Chine en 1895, le Japon occupa Taïwan et essuya plusieurs insurrections des Taïwanais en 1930 et 1931 qui tuèrent des centaines de colons japonais. Furukawa expliqua le caractère rebelle des Formosans par le fort pourcentage de groupes sanguins O, en comparaison de la faible représentation de ce groupe chez les Aïnous présentés comme soumis par le professeur. En conclusion Furukawa recommanda d’augmenter le métissage des Taïwanais avec les Japonais afin de diminuer la proportion d’individus de groupe sanguin O.

La mode des groupes sanguins disparut dans les années 1930 avant de revenir 40 ans plus tard suite au livre de Masahiko Nomi, un avocat sans lien avec le monde médical.

Exemple parlant de ce phénomène:

  • Dans certains jeux vidéos, on peut choisir le groupe sanguin d’un personnage à créer, ce qui influera sur ses statistiques et la jouabilité. On peut citer comme exemples Princess Maker, Gungriffon .
  • Dans d’autres jeux vidéo, comme Resident Evil, le groupe sanguin est souvent précisé pour donner une indication sur la personnalité de certains personnages. Ainsi Chris Redfield, un des héros, est du groupe 0. Rebecca Chambers, une scientifique avec du sang froid, est du groupe AB. Tandis que, Leon Scott Kennedy, le jeune policier innocent qui veut venir en aide aux plus faibles a un groupe sanguin de type A.
  • Des agences de rencontres basées sur les groupes sanguins ont même été créées.
  • Il existe aussi des boissons spéciales pour chaque groupe sanguin.
  • Le groupe sanguin peut être un critère de recrutement dans certaines entreprises, ce qui est une pratique discriminatoire.

Source: Wikipédia

Diagramme de la répartition des groupes sanguin au Japon:

Voici la définition de chaque groupe groupe sanguin:

O :

A première vue, vous paraissez être une " forteresse " ; inébranlable, secrète. On ne voit pas ce qui se passe à l’intérieur et il faut montrer patte blanche pour entrer. En effet, votre confiance n’est pas immédiate mais une fois acquise, on peut compter dessus. Attention, si l’on vous déçoit, vous n’hésitez pas à rompre….

Votre caractère

Avec ce groupe sanguin, votre caractère est extraverti (à l’opposé du A). Dynamiques, très actifs, sans cesse en mouvement, vous ne craignez rien, ni personne et l’initiale est toujours de votre côté. Extérieurement, vous paraissez forts, parfois autoritaires mais à l’intérieur vous êtes doux et romantiques. Dans les moments difficiles de la vie, vous faites face en prenant toutes vos responsabilités.

Vos atouts :

On recherche en vous le dynamisme, l’enthousiasme, le sens des responsabilités et du commandement, l’esprit de compétition. Très motivés par ce que vous faites, vous savez " manager ", encadrer une équipe et atteindre l’objectif fixé.

Vos handicaps :

Votre caractère est entier et vous admettez difficilement la critique. Pour réussir, vous devez savoir choisir vos collaborateurs car si vous êtes mal secondés, votre enthousiasme (aveugle) peut vous mener à l’échec.

Sur le plan sentimental :

Directs et passionnés, en amour, vous savez ce que vous voulez : c’est tout de suite ou pas du tout ! Entreprenants, dotés d’un grand appétit sexuel, vous aimez totalement et demandez à votre partenaire plus qu’une simple présence : une réelle assiduité !

A :

Pour les Japonais, vous êtes " une petite maison de bois et de papier " dont les murs laissent transparaître le caractère : ouvert, accueillant, disponible à l’amitié. Mais le bois et le papier sont des matériaux fragiles et, en cas de tempête professionnelle ou sentimentale, il vous faut du temps pour réparer les dommages.

Votre caractère :

Avec ce groupe sanguin, votre caractère est introverti (à l’opposé de O). Patients, réservés, réfléchis et prudents lorsqu’il s’agit de vous exprimer, vous recherchez la perfection dans tous les domaines. Doux et dociles en apparence, vos sentiments bouillonnent à l’intérieur et l’inquiétude peut vous gagner. En privé, vous êtes plus autoritaires qu’on ne le croit.

Vos atouts :

On recherche en vous l’honnêteté, le perfectionnisme…l’efficacité. En effet, vous travaillez en plein rendement dans un cadre ordonné, réglé, organisé. Excellent collaborateur, on peut compter sur votre sérieux, votre sens du détail.

Vos handicaps :

Plus à l’aise pour exécuter que pour commander vous manquez parfois d’esprit d’initiative. Ce besoin de sécurité, ce manque de confiance en vous peut freiner votre ascension sociale.

Sur le plan sentimental :

Timides, effacés, discrets, vous n’avez pas l’habitude de faire le premier pas. Les grandes effusions sentimentales, les déclarations enflammées ne vous conviennent pas. Vous préférez les subtilités, les sous-entendus; c’est dans l’intimité que vous démontrez votre imagination !

B :

Pour les Japonais, vous ressemblez à une " caverne " car au premier abord, il est difficile de cerner votre personnalité. Pourtant, il suffit de mieux vous connaître (d’entrer dans la caverne) pour comprendre que votre personnage est plus complexe, plus intéressant. En effet, vous n’avez pas de principes ni d’idées préconçues. Il vous suffit de bien aimer pour accepter l’amitié d’où qu’elle vienne.

Votre caractère :

Avec ce groupe sanguin, votre caractère est cyclothymique. Très indépendants, vous détestez que votre vie soit gérée par quelqu’un d’autre.

Energiques, très rapides intellectuellement, originaux et inventifs, votre état d’esprit change comme la météo ; vous êtes lunatiques. Ces variations ne dépendent pas de votre entourage mais bien de vous-mêmes. Votre caractère est à l’opposé de AB.

Vos atouts :

On recherche en vous l’originalité, l’imagination, la créativité. Grâce à vos facultés d’observation et à votre pouvoir de concentration (lorsqu’il s’agit d’un travail qui vous plaît !), vous êtes capables de mettre en oeuvre de grands projets.

Vos handicaps :

Farouchement indépendants, vous refusez l’autorité, les règles et la hiérarchie. Vous éprouvez alors des difficultés pour vous intégrer dans une équipe ou pour déléguer des responsabilités. Vous avez l’impression de pouvoir faire mieux vous-mêmes….

Sur le plan sentimental :

Charme, séduction, magnétisme…vous ne passez pas inaperçus ! vous aimez jouer de vos atouts, tomber amoureux et changer de partenaires (même si le sexe n’est pas pour vous une finalité). Spontanés, impatients, vous vivez l’instant, le présent jusqu’au jour où vous tombez sur le conjoint idéal. Alors, vous transformez le présent en éternité…

AB :

Pour les Japonais, le caractère AB est à doubles facettes. D’un côté, vous êtes " un bureau qui fonctionne bien ", car sur le plan professionnel, vous êtes très efficace (malgré un flegme apparent). Mais vous êtes aussi " un salon de thé donnant sur l’avenue ", à priori ouvert, accueillant, souriant mais…ce n’est qu’une façade. Comme vous êtes délicats, susceptibles, vous fabriquez une fausse image pour vous protéger. Vous êtes doués pour cacher vos sentiments.

Votre caractère :

Avec ce groupe sanguin, votre caractère passe d’un extrême à l’autre. A l’extérieur, vous aimez le changement, les amis, les fêtes (et c’est vous qui menez la soirée) mais à l’intérieur, vous vous révélez beaucoup plus sérieux. Pacifiques, artistes, ayant le goût de la justice (et le besoin de parler), vous vous adaptez facilement aux situations. En effet, votre caractère varie en fonction des autres, de votre entourage et non en fonction de vous-même (vous n’êtes pas " lunatiques "). Votre caractère est à l’opposé de B.

Vos atouts :

On recherche en vous le sens artistique, la diplomatie et l’adaptation aux nouvelles situations. Votre intuition vous permet d’analyser et de résoudre les problèmes les plus épineux. Ne supportant pas l’inactivité, vous êtes capable de travailler jusqu’à épuisement.

Vos handicaps :

Dynamiques et performants, vous butez lorsqu’il s’agit de prendre une décision, de trancher dans le vis. Ne travaillant bien que dans une ambiance paisible, vous ne supportez par les rapports tendus, l’agressivité et surtout…que l’on doute de vos capacités.

Sur le plan sentimental :

Rêveurs, idéalistes (parfois immatures), l’amour est pour vous un conte de fées et vous attendez que le prince charmant (ou la princesse) fasse le premier pas (attention, l’amour est une chance qui s’attrape au vol…). Vous ne vous sentez vraiment engagés que lorsque vous confiez une partie de vos secrets à votre partenaire.

Source: Alchimia Magazine

Voici le guide de «compatibilité par groupe sanguin» du blog BellaOnline:

A est surtout compatible avec A et AB

B est surtout compatible avec B et AB

AB est surtout compatible avec AB, B, A et O

O est surtout compatible avec O et AB

Quelques vidéos, dont le single très disco de News, très délirante surtout pour la choré kitch, qui aborde le fait que le groupe sanguin ne compte pas dans les relations amoureuses (oh oh!):

Un réveil très simpa car personnalisé selon le groupe sanguin, chaque réveil a le caractère du groupe sanguin qui lui est attribué: Clockman, un modèle très particulier, taillé dans une boite noire de 297g, avec des yeux et une bouche. Doté de 300 phrases pré-programmées, il vous réveillera en fonction de votre groupe sanguin. Proposé par le fabricant de jouets Takara Tomy!

Liste exhaustive des Johnnys selon chaque groupe sanguin:

Groupe A: Matsuoka Masahiro (TOKIO), Inohara Yoshihiko (V6), Ninomiya Kazunari (Arashi), Takizawa Hideaki (Tackey &Tsubasa), Yamapi (News)

Groupe B: Okada Junichi (V6), Kame (Kat-Tun), Koki (Kat tun), Ueda Tatsuya (Kat-Tun), Tegoshi (News)

Groupe O: Kimura Takuya (SMAP), Kokubu Taichi & Nagase Tomoya (TOKIO), Miyake Ken (V6), Shibutani Subaru (Kanjani8), Nakamaru Yuichi (Kat-Tun), Akanishi Jin (Kat-Tun), Nishikido Ryo (News & Kanjani8).

Groupe AB: Domoto Koichi (Kinki Kids), Aiba Masaki (Arashi), Murakami Shingo (Kanjani8), Tagushi Junnosuke (Kat-Tun)

Et vous?! Quel est vôtre groupe sanguin?!!

Sweet Room: qui a dit que les japonais n’étaient pas passionnés & hot?!!

12 août

Détails

  • Titre: Sweet Room
  • Genre: Drama sur Téléphone
  • Chaîne de production: Bee TV
  • Casting: Narimiya Hiroki, Mukai Osamu, Kaname Jun, Toyohara Kosuke etc.

Synopsis

Ce drama est un drama sur téléphone, composé de 4 histoires différentes: Last Love avec Narimiya Hiroki, Birthday avec Mukai Osamu, Triangle avec Kaname Jun et Room Service avec Toyohara Kosuke.

Chaque épisode dure entre 15 et 20 minutes et nous raconte une histoire d’amour se déroulant dans une chambre ou suite d’hôtel.

/!\ Certaines scènes de sexe sont plus longues et un peu plus explicites que dans les dramas Japonais habituels, Bee TV le déconseille au moins de 16 ans… Bon c’est un peu exagéré pour un public Européen mais vous voilà avertis

Avancement

  • Sweet Room #1 – Last Love: Release le 17.06.2010
  • Sweet Room #2 – Birthday: Release le 17.06.2010
  • Sweet Room #3 – Triangle: Release le 17.06.2010
  • Sweet Room #4 – Room Service: Release le 06.07.2010

Avis

Ce drama est une réussite, d’autant plus que le casting est de choix (et fait franchement baver!!) Vous pouvez enfin voir de vrais baisers langoureux, des scènes romantiques mais fougueuses! Bref tout pour vous faire rêver cet été!
Difficile de trouver les streamings, il a été néanmoins subbé par la AsiaPowa à laquelle je vous renvoie pour les téléchargements!
Je peux tout de même vous donner un bref aperçu avec le TRES SEXY (j’insiste!) Mukai Osamu:
Bref je vous invite vivement à vous diriger vers la AsiaPowa pour dévorer et rassasier vos yeux de ces beaux corps japonais!!

Shinzamono, l’attrait de la nouveauté

2 août


Une nouvelle venue dans les grilles qui fait déjà son petit effet ! Shinzanmono a débuté sur la chaîne TBS, et le résultat est des plus convaincants : 21% des téléspectateurs ont suivi le premier épisode diffusé à 21h00. Voilà qui représente un peu plus de 26,6 millions de japonais, et la performance n’est pas des moindres : rappelons en effet que peu de séries parviennent, de nos jours, à dépasser la barre des 20% de parts de marché à la télévision nippone.

Shinzanmono ("nouveau venu") est une série adaptée du best-seller éponyme du romancier Keigo Higashino (dont les écrits ont déjà été adaptés à l’écran, notamment Galileo ou Ryuusei no Kizuna), et décrit une enquête complexe où les habitants d’un quartier paisible et sans histoire sont tous des suspects potentiels, après qu’une femme venant d’y emménager ait été assassinée. L’inspecteur chargé de l’affaire est lui-même étranger aux lieux du crime, puisqu’il vient d’être muté dans le quartier.

Au casting, on trouve le vétéran Hiroshi Abe, dans la peau d’un enquêteur doté d’un humour noir prononcé, et la jolie Meisa Kuroki, comédienne-mannequin-chanteuse-charcutière (rayez la mention inutile) qui interprète une journaliste de la gazette locale s’intéressant également à l’affaire ; dans les seconds rôles, on trouve Osamu Mukai et Junpei Mizobata. Tout ce petit monde est coutumier de la télévision, souvent dans des productions à succès, et ce casting essentiellement constitué d’habitués a sans doute aidé la série à attirer du monde pour son premier épisode.

Fiche Technique

Titre: 新参者

Titre (romaji): Shinzanmono

Format: Renzoku

Genre: Crime

Episodes: 10

Chaine distributrice: TBS

Période de diffusion: 18 avril 2010 au 20 juin 2010

Horaires: Dimanche à 21:00

Theme: Machimonogatari by Yamashita Tatsuro

Casting

Abe Hiroshi – Kaga Kyoichiro

Kuroki Meisa – Aoyama Ami

Mukai Osamu – Kyose Koki

Mizobata Junpei – Matsumiya Juhei

Kimura Yuichi – Kojima Kazumichi

Izumiya Shigeru – Uesugi Hiroshi

Sasano Takashi – Kishida Yosaku

Harada Mieko – Mitsui Mineko

Miura Tomokazu – Kiyose Naohiro

Admirez- moi donc ce casting de choix:

Équipe de Production

Oeuvre originale (nouvelle): Shinzanmono de Higashino Keigo

  • Scénariste: Mano Katsunari (真野勝成), Makino Keisuke (牧野圭祐)
  • Producteurs: Iyoda Hidenori (伊與田英徳), Nakai Yoshihiko (中井芳彦)
  • Directeurs: Yamamuro Daisuke, Hirano Shunichi
  • Directeur musical: Shida Hirohide
  • Musique: Kanno Yugo

Avis Perso

Okay, je me doute franchement que peu de gens vont se tourner vers un tel drama! Et pourquoi de tels à priori?

Parce que bien que le casting m’ai plut, ainsi que l’histoire, je serais prête à parier gros que peu de gens tiendrons sur la longueur!

Ce drama est destiné à un public plus familiale, voir même "âgé"!

La trame de l’enquête m’a terriblement plu: on suit épisode par épisode un fil invisible qui mène irrémédiablement au meurtrier, mais qui surtout nous fait découvrir le quartier dans lequel Abe Hiroshi vient de prendre ses fonctions en tant que policier! Ainsi on découvre tous les petits commerçants, et leurs petits secrets, toute la tradition japonaise est ainsi au rendez-vous de façon plus pittoresque et conviviale que l’on a l’habitude de voir! Et puis, il est franchement divertissant de découvrir un acteur connu de drama jouer un horloger, un restaurateur spécialisé dans le wasabi…

La particularité de l’enquête réside dans ce policier atypique joué par Abe Hiroshi: il incarne encore une fois un homme un peu particulier (pas aussi poussé que Kekkon Denikai Otoko) mais quand même bien barré: seulement cette fois ci il est terriblement humain…à sa manière!! Abe Hiroshi a une façon très particulière de procéder pour résoudre ce mystère qui fait les can-cans du quartier: il résous à chaque épisode un mystère, un mensonge plus précisément, touchant pratiquement chaque commerçant du quartier, mais qui lui apporte des éléments essentiels à l’enquête!

J’ai adoré ce soucis du détails, d’aller voir et écouter les "petites gens", d’être proche du peuple et de s’immerger dans un quartier de Tokyo! On se prends vite au jeu, on devient curieux, d’autant plus que l’on découvre une spécialité, une curiosité japonaise à chaque épisodes! Idéal pour ceux qui veulent voyager, et découvrir davantage les racines et les tradition de notre pays favoris!!

Episodes en streaming, VOSTA (pas encore subbés désolé!)

Episode 1

Episode 2

Episode 3

Episode 4

Episode 5

Episode 6

Episode 7

Episode 8

Episode 9

Episode 10



Shamisen: Yoshida Brothers, Quand la tradition est revisitée

2 août

Voilà un article qui me permet de faire une pierre deux coup! Tout d’abord, je vais vous présenter un groupe hors du commun, composé de deux frères au talent digne de virtuose, ce qui me permet également de vous présenter un instrument traditionnel du Japon: le Shamisen!

Il faut avouer que jouer du Shamisen pour un homme se fait plus rare, l’instrument étant devenu l’apanage des Geishas! Mais quand en plus de cela, on s’approprie la tradition pour la revisiter et en faire quelque chose de nouveau: forcément le talent est au rendez-vous! Je vous laisse vous régaler des vidéos que je vous propose!!

Biographie

Yoshida Brothers (Yoshida Kyodai, 吉田兄弟) est le nom d’un groupe de musique japonaise composé des frères Ryoichiro et Kenichi Yoshida. Ils jouent tout deux du shamisen (instrument traditionnel japonais) depuis l’âge de 5 ans. Et, bien qu’ils commencèrent par jouer de la musique du répertoire traditionnel japonais (le Tsugaru shamisen, un style du nord du Japon), ils s’orientèrent vite vers la création de musique contemporaine. Le résultat est une fusion, unique en son genre, de son traditionnel et de rythme et musiques plus modernes parfois accompagnés de percussions.
Leur succès est immédiat avec plus de 100 000 ventes pour leur premier album en major, un exploit d’autant plus extraordinaire pour de la musique traditionnelle. Ils ont gagné deux prix lors du Grand Prix Japonais des Disques d’Or (日本ゴールドディスク大賞, Nippon Gorudo Disuku Taishô) annuel. Celui de l’Album de Musique Traditionnelle de l’Année lors de la 15e édition et le Prix Spécial de Commémoration pour le 30e Anniversaire de Normalisation des Relations Diplomatiques Sino-Japonaises lors de la 17e édition.

Qu’est ce qu’un shamisen?! Et le Tusragu Shamisen?!

Le Shamisen

Le shamisen (三味線, 3 cordes parfumées) est un instrument de musique traditionnel à cordes pincées utilisé en musique japonaise. C’est un luth à long manche à la touche lisse. Le shamisen est un instrument d’origine chinoise (le sanxian) qui fut introduit dans l’île d’Okinawa au milieu du XVIe siècle et utilisé dans la musique populaire. C’est au début de la période Edo (1603-1868) qu’il fit son apparition dans les autres îles de l’archipel japonais.

On en joue agenouillé sur un zabuton en pinçant les cordes à l’aide d’un large plectre en ivoire (bâshô). La musique traditionnelle au shamisen intercale au milieu de la mélodie de longs silences qui donnent d’autant plus de force aux notes. Il est utilisé avec des voix dans les chants populaires et comme instrument soliste ou d’ensemble (comme dans les orchestres de kabuki). Il devint l’instrument de prédilection des geisha. Des musiciens contemporains, comme les Yoshida Brothers, utilisent le shamisen pour produire des musiques très rythmées plus proches de ses origines okinawaïennes. Il existe des styles particuliers et régionaux: Min’yō, Tsugaru shamisen et Shimauta (musique d’Okinawa)

Le Tsugaru Shamisen

Le tsugaru shamisen (津軽三味線) parfois transcrit tsugaru jamisen ou tsugaru jabisen est un style de musique japonaise folklorique joué sur plusieurs variantes régionales du shamisen (三味線) (futozao 太棹, chûzao 中棹 et hosozao 細棹). Plus rythmé que le shamisen classique, il est originaire de la région de Tsugaru (actuelle préfecture d’Aomori (青森) au nord de Honshū (本州), l’île principale du Japon).

L’histoire veux que le style ait été d’abord pratiqué par des mendiants, souvent aveugles, appelés péjorativement bosama (坊さま) et effectuant le kadotsuke (門付け) (jouer à la porte d’une maison jusqu’à avoir obtenu de l’argent ou de la nourriture). Selon une croyance, l’un d’eux, appelé Nitaboh (仁太坊) (originaire de Kanagi (金木) dans la région de Tsugaru) aurait été le fondateur du style. Bien qu’il soit reconnu maintenant qu’il ne peut avoir été le seul fondateur, la légende aura toute fois donné un film d’animation,, racontant le destin tragique et grandiose de ce dernier, réalisé par les studios de WAO corporation, également groupe d’éducation.

Ce style de musique est structuré par des pièces traditionnelles tels que le Jonkara Bushi, Jongara Bushi, Nikata ou Aiya Bushi (pour en citer des célèbres), ces dernieres ne correspondent cependant pas à notre vision de la musique traditionnelle, elles comportent une partie fixe et une partie variable qui est toujours improvisée par le musicien.Ainsi le Tsugaru Shamisen est un style qui se prête facilement à l’improvisation. Ce style est le plus populaire des musiques jouées au shamisen au Japon et connaît depuis quelques années une réinvention par des artistes modernes tels que Shinichi Kinoshita (木乃下真市), les Yoshida Brothers (Yoshida Kyodai, 吉田兄弟), Agatsuma (上妻 宏光 Agatsuma Hiromitsu) et Masahiro Nitta (Nitta Masahiro 新田昌弘), qui mêlent le shamisen à des instruments plus occidentaux tels que la basse, la batterie et le piano.

Toutefois, les puristes diront que ces artistes ne jouent pas à strictement parler du Tsugaru Shamisen.Ils reprennent cependant toutes les techniques qui lui sont propres. Le musicien américain Kevin Kmetz du groupe Estradasphere est le premier occidental à acquérir une réelle maîtrise du shamisen dans ce répertoire là et entend créer le "Shamisen Californien", il est d’ailleurs le personnage principal d’un documentaire appelé "The Birth of California Shamisen"retraçant comment il en est venu à être le premier étranger à recevoir le prix Daijo Kazuo du championnat national de Tsugaru Shamisen de Kanagi.

Discographie

2000, Move (album)

    2000, いぶき (Ibuki) (album)

    2002, Soulful (album)

    2002, Storm (single)

    2003, Frontier (album)

    2003, Yoshida Brothers (album)

    2004, Yoshida Brothers II (album)

    2005, Rising (Maxi single)

    2006, Yoshida Brothers III (album)

    2007, Hishou (album)

    2008, Best of Yoshida Brothers (album)

    2009, Prism (album)

    2009, Another Side of Yoshida Brothers (album)


    L’incroyable RISING:

La superbe NIKATA:


L’étonnante BY THIS RIVER:

La sublime Flow of the Sword:


Et enfin, la moderne FUKAKI UMI NO KANATA:

Avouez que c’est très simpa, et surprenant! Surtout pas à la portée de n’importe qui: l’instrument est plus difficile qu’il n’y parait à maitriser!! Laissez vous donc tenter!!

Aliments miraculeux et incontournables du Japon!

1 août

Vous ne vous demandez jamais pourquoi les japonais/ses paraissent si jeunes, sans rides si boutons?! Pourquoi sont-ils toujours aussi minces et en bonne santé?! Et pourquoi, pourquoi vivent-ils si longtemps?!!

Leurs alimentation est l’une des plus saine au monde, des plus naturelle et équilibrée: il faut dire que l’archipel est doté de trésors nutritifs bien qu’étranges, très très bon pour notre organisme! Je vous invite à en découvrir les incontournables!!

Le Natto

Le nattō (納豆, nattō) est un aliment japonais traditionnel à base de haricots de soja fermentés, consommé le plus souvent comme accompagnement du riz nature dans la cuisine japonaise, notamment au petit-déjeuner. Son aspect gluant ainsi que son odeur fermentée-ammoniaquée peuvent le rendre assez repoussant pour les gens non habitués.

Sorti du réfrigérateur, on enlève la pellicule de protection qui le recouvre et on le fouette une minute avec la pointe des baguettes, en évitant soigneusement le contact des doigts (à cause de la matière gluante qui est très attachante!). Quand il a pris une consistance mousseuse, on lui ajoute la moutarde karashi (mais celle de Dijon fait aussi bien l’affaire) et la sauce de soja avant de remuer le tout une dernière fois. On peut alors le verser sur un bol de riz chaud avec lequel il se marie idéalement. Les fins gourmets enveloppent les bouchées de riz garnies avec des tronçons de feuilles de nori. On peut aussi l’enrichir d’un œuf cru ou tout autre accompagnement comme tsukudani, umeboshi, etc. Les nutritionnistes conseillent toutefois d’éviter d’y adjoindre la sauce de soja, parce qu’elle annihile en partie les bienfaits du bacille sur la flore intestinale.

Les haricots de soja entiers sont mis à tremper, puis cuits à la vapeur. On les laisse ensuite fermenter pendant une journée après ensemencement d’une bactérie Bacillus subtilis natto. Il peut ensuite être conservé au frais une à deux semaines. Comme pour le yaourt, il est assez facile d’en fabriquer en ensemençant avec un reste de nattō, mais l’élimination de bactéries concurrentes requiert des règles d’hygiène et un savoir faire qu’il vaut mieux confier aux professionnels. Il est d’ailleurs si bon marché que peu de gens aujourd’hui le fabriquent à domicile.

Le nattō est un produit de santé par excellence. Le Bacillus natto produit de la vitamine K2 faisant du natto une source naturelle extrêmement riche en vitamine K2. C’est un aliment très nutritif car les protéines du soja sont non seulement conservées mais partiellement décomposées en peptides et acides aminés plus digestes. Par contre, la plupart des sucres solubles étant éliminés par la fermentation, il ne provoque pas la flatulence habituelle des féculents en général et des haricots en particulier. Enfin, à l’instar des Lactobacillus bifidus ou bulgaricus du yaourt, le Bacillus natto a des effets bénéfiques démontrés sur la flore intestinale.

Umeboshi (prune salée)

Les umeboshi (梅干), ou prunes (ume) salées, sont une sorte de salaison japonaise. Elles sont un aliment traditionnel très populaire au Japon. Leur couleur naturelle est le brun orangé (β-carotène), mais les umeboshi sont souvent colorées en rouge framboise par les feuilles de shiso riches en anthocyane (aussi appelé perillanine chloride). Les umeboshi sont globuleuses et charnues, mais deviennent fripées avec l’âge. Leur goût est très acide et salé (après macération dans le sel).

Les umeboshi sont fabriquées avec des fruits frais d’abricotier du Japon arrivés à maturité. Après les avoir lavés et trempés quelques minutes à l’eau froide (pour enlever l’amertume), on les essore et les essuie soigneusement avec un linge. On les place ensuite au fond d’un récipient idoine (préalablement stérilisé à l’eau bouillante) et on les asperge ou vaporise d’un peu d’eau de vie. On verse ensuite dessus 200 grammes de sel par kilo de fruits, en malaxant soigneusement afin que le sel pénètre bien dans les drupes.

A ce stade, on peut les laisser nature ou leur adjoindre des feuilles de shiso rouge, car les vertus de l’umeboshi sont en grande partie dues à cet akajiso. Dans ce cas, on procède comme suit. Après avoir lavé les feuilles à l’eau froide, les feuilles de shiso rouge sont mélangées au sel marin et disposées en couches alternées avec les ume pour fermentation. Quand la lacto-fermentation est avancée, on peut les retirer et les faire sécher avant de les réduire en poudre pour en faire un condiment dit shiso momiji. Enfin, disposer une pierre ronde (ou un poids plastifié disponible dans le commerce) au sommet et fermer le récipient avec un couvercle non hermétique. Il est indispensable que les fruits soient bien pressés dans leur saumure. Entreposer le récipient dans un lieu frais et ombragé pendant quatre à cinq semaines.

Les umeboshi sont habituellement mangées avec du riz. En tant qu’élément du bentō (coffret repas à la japonaise), une umeboshi est souvent placée au centre d’un lit de riz blanc, ce qui a en plus l’avantage esthétique de reproduire le drapeau du Japon. C’est aussi un ingrédient habituel dont on farcit les onigiri, ces boules de riz emballées dans des feuilles de nori. Les umeboshi ont aussi disponibles en version séchée (dry umeboshi), généralement vendues en vrac sur les marchés ou en petite quantité dans les supermarchés et conbinis.

Les Japonais, et de plus en plus de diététiciens dans le monde, admettent que les umeboshi sont un excellent produit de santé. Leur goût est cependant très éloigné des saveurs habituelles en Europe et peut rebuter le néophyte. Antiseptique, fortifiant, minéralisant, alcalinisant du sang, etc. On a identifié pas moins de 17 substances intéressantes : alpha-phellandrène, alpha-pinène, benzaldéhyde, beta-pinène, camphène, carvone, citral, estragole, limonène, linalol, myrcène, myristicine, acide oléique, Pp-cymène, pipéritone, pulégone, terpinolène. En raison de leur forte teneur en sel, elles peuvent être conservées longtemps sans s’altérer.
Effets Bénéfiques:

Ils sont nombreux, et il est dit que l’ume est efficace contre 38 symptomes de maladies. Mais on peut aussi citer ses 3 grands effets:

-prévention des effets de l’âge: si l’on consomme régulièrement de l’ume, on devient centenaire! Je vous dirai ça dans 75 ans. La salive contiendrai une hormone, ou une enzyme plutôt, enfin un truc qui retarde les effets du vieillissement. L’ume étant très aigre, elle fait saliver. Et saliver, c’est rester jeune. Pfiou, ça c’est de la démonstration. Je ne suis toujours pas médecin, donc je vous répète ce que les autres racontent.

-purification du sang: apparemment, l’ume est un stimulant du procésus d’élimination des déchets toxiques de notre alimentation très riche. Un métabolisme "propre" est plus actif.

-lutte contre la fatigue: grâce au sel et à l’acide citrique.

Cela dit, L’umeboshi se consomme en petite quantité, surtout à cause de son goût acidulé et salé. Pas la peine d’en gober des bocaux entiers dans l’espoir de devenir SuperJeanneCalment.

Une autre propriété de l’ume, qui nous intéresse particulièrement ici, c’est la préservation des aliments. L’ume est extrêment utilisée dans les bento. Non seulement elle est bactéricide, mais elle aide à conserver les aliments avec lesquels elle est en contact, et notamment le riz. On consomme de fait très très souvent l’ume posée sur le riz, et elle est une farce classique de l’onigiri.

Vidéo marrante à voir:

Nori

La nori fait partie de la famille des algues rouges mais sa couleur oscille entre le violet et le noir. Sa lame mesure jusqu’à 60 cm et sa texture est souple, presque élastique : elle n’a qu’une seule couche de cellules.

La nori d’Europe, qui pousse en Bretagne, dans les mers d’Irlande et de Galice, est la nori "umbilicalis" : elle fait partie de la même famille que les nori japonaises, qui sont cultivées sur des centaines d’hectares pour la fabrication des feuilles de nori. Fripée quand la mer se retire, la nori reprend sa forme dansante, ovoïde dès que la mer la recouvre.

C’est l’algue marine la plus célèbre de la cuisine japonaise, broyée en pâte puis aplatie en fines plaques pour enrober les maki sushi. En Europe, la nori fait aussi partie de la cuisine traditionnelle d’Irlande et du Pays de Galles.

La nori bretonne est un aromate original pour cuisiner un filet de poisson ou pour accompagner des fruits de mer.

Fraîche, la nori permet de confectionner des papillotes.

Fraîche ou en paillettes sèches, elle accommode les soupes de poissons et les sauces.

On la recommande aussi en "noir sur noir" avec des aubergines.

Des atouts santé multiples:

  • C’est l’algue plus riche en protéines après la spiruline : jusqu’à 47% de sa matière sèche
  • Elle est très bien dotée en vitamines A, C et B12 : 1g de nori sec suffit à couvrir 30% de nos besoins quotidiens en vitamine B12
  • Elle contient des acides gras oméga 3 à longues chaînes, dont l’acide EPA qui est bénéfique pour la santé cardio-vasculaire
  • Sa Taurine préviendrait le développement des cataractes et du diabète.
  • La lame de nori contient des substances antibactériennes et antivirales équilibrant la flore intestinale.
  • Comme toutes les algues, elle est très riche en oligo-éléments.

Gari

Le gari (ガリ, gari) est un condiment d’origine japonaise, préparé à partir de gingembre mariné, qui accompagne traditionnellement les sushis. On lui attribue des vertus de rafraichissement du palais et il est conseillé d’en manger un peu entre chaque bouchée.

Le gari est le plus souvent préparé avec du gingembre frais mariné dans du vinaigre de riz, de l’eau et du sucre. Même si le gingembre mariné est jaune clair par nature, on y ajoute souvent du colorant alimentaire pour lui donner une couleur plus attirante (rose ou rouge).

Wasabi

Le wasabi (山葵, wasabi) est une plante originale de la famille des Brassicacées, originaire du Japon, utilisé comme condiment dans la cuisine japonaise. Le terme désigne aussi le condiment préparé avec la racine de la plante. Nom scientifique : Wasabia japonica (Miq.) Matsum., famille des Brassicacées (Crucifères), sous-famille des Brassicoideae. Noms communs : wasabi, raifort japonais. (Le mot japonais « wasabi » signifie en français « rose trémière des montagnes »).

Plante vivace dont on utilise la racine, c’est une sorte de raifort japonais (sorte de moutarde), vert, au goût extrêmement fort, moins fort cependant que celui du raifort occidental. Il appartient d’ailleurs à la même famille botanique que le raifort et la moutarde. Le wasabi ne pousse spontanément qu’au Japon et dans l’île de Sakhaline.

Le wasabi s’utilise principalement mélangé à de la sauce de soja pour y tremper les sushis et les sashimi (plat japonais de poisson cru). De façon générale, il agrémente les plats de poisson ou de viande. On le trouve dans les rayons des épiceries orientales, où il peut être vendu en tube, déjà préparé, ou plus classiquement en racine, sous forme de poudre qu’il faut mélanger à de l’eau pour obtenir une pâte. On trouve également sous le nom de Wasabi des cacahuètes, des fèves de soja ou des petits pois grillés et enduit avec une pâtes à base de Wasabi.

Tofu

Le tofu (prononcer "tofou", 豆腐 ou 荳腐, dòufu (transcription pinyin), prononcer /dôfou/, avec un o long), d’origine chinoise, est une pâte blanche peu odorante, issue du caillage du lait de soja (tonyu) grâce à du nigari, du jus de citron, du sel, ou du vinaigre. Composante importante de l’alimentation asiatique, le tofu existe sous de nombreuses formes (séché, fumé, en feuilles ou en blocs, poilu, aux herbes …). Il est très en vogue aujourd’hui dans les pays occidentaux notamment chez les végétariens et végétaliens. Il se cuisine seul, coupé en dés, frit ou en mélange dans des salades, dans la soupe ou émietté dans des galettes avec des légumes et des céréales. Le Bencao gangmu, important traité médical des Ming, attribue à Liu An roi de Huianan (dynastie Han) l’invention du doufu lors d’une expérience alchimique. Il existe d’ailleurs un « village du doufu » (豆腐村) au pied du mont Bagong (八公山), Anhui, où il est enterré.

Le Tofu est obtenu par la coagulation du « lait de soja » suivi du pressage des grumeaux obtenus. Du pressage, on obtient un liquide jaune "petit lait", contenant des protéines solubles, des minéraux et des vitamines. Ce liquide est précieux et ne devrait pas être jeté (un assaisonnement judicieux et il peut servir comme bouillon, ou encore comme base de soupe). Le lait de soja est obtenu lui en faisant tremper des graines de soja que l’on moud puis que l’on fait bouillir avant de les égoutter. On utilise plus rarement des graines fraîches. Le lait de soja est une émulsion de protéines et d’huile dont la coagulation est obtenue par ajout de coagulants de deux types : sels ou acides. L’usage d’enzymes est envisagé pour produire du tofu ferme ou soyeux.

Matcha

Le matcha (抹茶, matcha prononcé au Japon [mat.tɕa]), occasionnellement écrit maccha, est une poudre très fine de thé vert moulu, qui a été broyé entre deux pierres. Il est utilisé pour la cérémonie du thé japonaise et comme colorant ou arôme naturel avec des aliments tels que le mochi, les soba, la crème glacée au thé vert et une variété de wagashi (和菓子, des pâtisseries japonaises). La région la plus réputée pour son matcha est Nishio, dans la préfecture d’Aichi ; le matcha de Nishio est appelé Nishiocha. Le matcha est généralement assez cher comparé à d’autres formes de thé, bien que son prix dépende de sa qualité. Il peut être difficile à trouver hors du Japon, comme peuvent l’être les instruments utilisés traditionnellement pour le préparer et le consommer.

La production du matcha commence quelques semaines avant la récolte, lorsque les buissons de thé sont couverts pour les protéger de la lumière directe du soleil. Cela ralentit la croissance de la plante, rend ses feuilles plus sombres et entraîne la production d’acides aminés qui adouciront le goût du thé. Après la récolte, si les feuilles sont enroulées avant le séchage, ce qui est le cas d’ordinaire, le thé résultant sera du gyokuro. Si à l’inverse les feuilles sont dépliées pour le séchage, elles vont quelque peu s’émietter et produire du tencha (点茶, tencha). Le tencha peut ensuite être moulu en une poudre très fine, d’un vert clair ; il sera alors appelé matcha. Seul le tencha en poudre peut-être qualifié de matcha. Les autres variantes de thés moulus sont simplement appelées konacha (粉茶, konacha littéralement : thé en poudre). Le taux élevé de catéchine (un flavonoïde) qu’il contient est une conséquence de la taille très fine de la poudre du matcha. La saveur du matcha est affectée par ses acides aminés. Les meilleurs matcha ont généralement un arôme plus profond et plus doux que les thés récoltés plus tardivement. Le matcha doit être tamisé avant d’être mélangé à l’eau.
On utilise à cette fin des tamis spéciaux, généralement en acier inoxydable, au maillage serré, et incluant un réceptacle provisoire. Pour faire passer le thé à travers le tamis, on peut utiliser une spatule de bois spéciale ou placer une pierre polie sur le tamis et le secouer doucement. Si le matcha doit être servi lors d’une cérémonie du thé, il doit alors être placé dans une petite boîte à thé spéciale. Le cas échéant, on peut verser le contenu du tamis directement dans le bol à thé. Une petite quantité de matcha est placée dans le bol, traditionnellement en utilisant une écope en bambou appelée chashaku (茶杓), et une petite quantité d’eau non bouillante est ensuite ajoutée. La mixture est alors fouettée en utilisant le chasen (茶筅), un fouet traditionnel en bambou, jusqu’à l’obtention d’un liquide de consistance uniforme, sans grumeau. Idéalement, aucune trace de poudre de thé ne devrait subsister sur les bords du bol. On estime traditionnellement que 40 g de matcha donnent 20 bols de usucha ou 10 bols de koicha. Le usucha (薄茶, usucha thé fin) est préparé à partir de 1.75 g (1.5 cuillerée chashaku, environ 1/2 cuillerée (rase) à café) de matcha pour 75 ml d’eau chaude, par portion. Certains amateurs (et les écoles de cérémonie du thé) préfèrent fouetter le mélange pour produire une légère couche de mousse, tandis que d’autres souhaitent qu’il y ait aussi peu d’écume que possible (dans la cérémonie du thé, le matcha doit être lisse et crémeux, sans bulles ni écume).

Le usucha produit un thé léger et un peu plus amer. Le koicha (濃茶, koicha thé épais) se prépare avec une plus grande quantité de matcha en doublant la dose de poudre et en divisant par deux la dose d’eau, avec 3.75 g (3 cuillerées chashaku, environ 1 cuillerée (bombée) à café) pour 40 ml d’eau chaude, par portion (la préparation dans un bol pouvant monter jusqu’à six cuillerées à café dans 180 ml). Comme cette mixture est plus épaisse (de la consistance d’un miel liquide), on la mélange d’un geste plus lent, qui ne produit pas de mousse. Le koicha, qui produit un thé plus doux, est presque exclusivement servi au cours de la cérémonie du thé. Du fait de son goût légèrement amer, le matcha est traditionnellement servi accompagné d’une petite sucrerie, que l’on laisse fondre sur la langue avant de boire le thé, ou dont on croque un bout avant chaque gorgée (la cérémonie prescrivant de boire son bol en trois fois). Au Japon, il est bu sans sucre ni lait ni ajout.

Il ne reste plus qu’une chose à ajouter: Itadakimasu!!

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.